🇫🇷Prison: Renseignement. Les détenus seront plus « surveillés »

Ecoutes, gĂ©olocalisation, recueil de donnĂ©es: deux dĂ©crets parus vendredi au journal officiel donnent Ă  l’administration pĂ©nitentiaire accès Ă  de nouveaux outils de renseignement pour lutter contre le terrorisme et prĂ©venir les projets d’Ă©vasion.
Ces deux décrets découlent notamment de la loi de 2016 contre le crime organisé et le terrorisme qui a fait entrer les services pénitentiaires dans le second cercle du renseignement français. Ils se fondent également sur des textes régissant la sécurité pénitentiaire qui vise à prévenir les évasions, à maintenir la sécurité et le bon ordre des établissements.

Sur ces deux fondements, des agents pénitentiaires désignés pourront désormais et sous conditions recourir à certaines techniques de renseignement.

Des Ă©coutes Ă  titre exceptionnel
Parmi ces techniques figurent le recueil de donnĂ©es de connexion (les fadettes), la gĂ©olocalisation, le balisage et les Ă©coutes tĂ©lĂ©phoniques de tĂ©lĂ©phones fixes mis Ă  disposition des dĂ©tenus mais aussi des tĂ©lĂ©phones portables introduits illĂ©galement dans les cellules, notamment Ă  l’aide d’IMSI catcher qui simule une fausse antenne relais.
Ces techniques de renseignement permettront aussi Ă  l’administration pĂ©nitentiaire de pister d’Ă©ventuelles connexions sauvages sur les ordinateurs mis Ă  la disposition des dĂ©tenus mais dont l’accès Ă  internet est inexistant ou très limitĂ©.
Les Ă©coutes tĂ©lĂ©phoniques ne seront permises que dans le cadre de la prĂ©vention de la lutte contre le terrorisme, pour Ă©viter un passage Ă  l’acte imminent et avec une durĂ©e d’intervention limitĂ©e Ă  48 heures, a prĂ©cisĂ© la Chancellerie Ă  l’AFP en insistant sur le caractère exceptionnel de cette procĂ©dure.
Le nombre des outils autorisés sera plus important dans les dossiers de lutte contre le terrorisme ou de criminalité organisée que pour la prévention des évasions, a-t-on précisé de même source.
Insécurité pour les personnels ?
Seuls certains services seront habilitĂ©s Ă  utiliser ces techniques. Il s’agit des agents du bureau central, des cellules interrĂ©gionales et des dĂ©lĂ©gations locales du renseignement pĂ©nitentiaire, prĂ©cise l’un des dĂ©crets. Un rĂ©seau qui aujourd’hui reprĂ©sente entre 300 et 400 personnes mĂŞme si toutes ne seront pas habilitĂ©es Ă  terme Ă  utiliser l’ensemble des nouveaux outils.
« La mise ne oeuvre de ces nouvelles pratiques ne peut que rompre le lien de confiance avec les personnes prises en charge », a dénoncé dans un communiqué la CGT insertion et probation pour qui les personnels « vont se retrouver dans une insécurité professionnelle qui ne peut que les mettre en danger à terme ».
Ouest-France

Ă€ Lire :  🇫🇷 Colmar: Il entend le mot "prison" et tente de saisir le pistolet d'un policier au tribunal

1 Commentaire

  1. Toujours moins de libertĂ© et plus d’humiliation infligĂ©e Ă  des gens qui, un jour, sortiront et pourront lĂ©gitimement en vouloir au monde entier pour ça…ce cercle vicieux, ce mĂ©pris de la prison, levier du droit spectacle et des fausses actions…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.