🇫🇷 Nancy: Un détenu lançait des alertes à la bombe depuis la prison

L’homme, incarcĂ©rĂ© Ă  la prison de Nancy-MaxĂ©ville (Meurthe-et-Moselle, de nationalitĂ© luxembourgeoise est suspectĂ© d’avoir lancĂ© de fausses alertes Ă  la bombe visant le 23 mars Utopolis (un complexe cinĂ©ma, NDLR) et Auchan au Kirchberg, le 20 avril le Globus Baumarkt Ă  Bettembourg, le 27 avril contre le City Concorde Ă  Bertrange, et le 30 avril en gare de Luxembourg. « L’enquĂŞte sous la direction d’un juge d’instruction et en collaboration avec la police judiciaire française a permis de rassembler des Ă©lĂ©ments de preuve concordants que les cinq fausses alertes tĂ©lĂ©phoniques Ă  la bombe respectivement Ă  l’empoisonnement » sont le « fait d’un seul auteur » a indiquĂ© le parquet luxembourgeois dans un communiquĂ©.

« Les appels ont tous Ă©tĂ© effectuĂ©s Ă  partir du mĂŞme appareil tĂ©lĂ©phonique mobile qui a pu ĂŞtre localisĂ© Ă  la prison de Nancy-MaxĂ©ville » poursuit le parquet de Luxembourg. « L’auteur prĂ©sumĂ© de ces appels est un homme, âgĂ© de 56 ans, de nationalitĂ© luxembourgeoise, dĂ©jĂ  condamnĂ© au Luxembourg. Il est en train de purger en France, une peine de prison jusqu’au courant de l’annĂ©e 2019″ indique la justice qui va faire une demande de ‘remise sur mandat d’arrĂŞt europĂ©en aux autoritĂ©s françaises » afin d’interroger le suspect.

– « Un seul auteur », cinq fausses alertes –

Dans les appels de cet homme Ă©tait mentionnĂ© une bombe prĂŞte Ă  exploser dans ces lieux publics très frĂ©quentĂ©s sauf dans le cas de l’alerte au centre commercial City Concorde qui faisait Ă©tat d’une menace d’empoisonnement des personnes prĂ©sentes. Ces fausses alertes avaient donnĂ© lieu Ă  l’Ă©vacuation des lieux menacĂ©s et au dĂ©ploiement d’importants moyens humains et matĂ©riels. 

La direction de la prison et celle de la Direction interrĂ©gionale des Services pĂ©nitentiaires Est n’ont pas souhaitĂ© faire de commentaires notamment sur la prĂ©sence de tĂ©lĂ©phones portables. Selon des sources syndicales, une telle affaire est devenue une « banalité », les tĂ©lĂ©phones Ă©tant devenus « aussi importants que la nourriture dans les prisons » assure une responsable syndicale. 

Loractu

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.