VIOLENCES. Trois gardiens de la maison d’arrêt de Villeneuve-lès-Maguelone, au sud de Montpellier ont été blessés ce samedi matin, dont deux assez sérieusement, puisqu’ils bénéficient de plusieurs jours d’arrêt de travail, lors d’une fouille qui a dégénéré au parloir.
Les deux surveillants pénitentiaires les plus atteints ont reçu des coups de poing au visage pour l’un, des coups de pied pour l’autre donnés par un détenu âgé de 23 ans. Ils souffrent de plaies et de contusions.
Selon des informations confirmées par des sources syndicales ce soir, ainsi que par la compagnie de gendarmerie de Castelnau-le-Lez -une enquête est en cours-, le détenu de 23 ans a reçu la visite de sa concubine au parloir. À l’issue du parloir, lors de la fouille classique avant de regagner sa cellule, un des gardiens a remarqué la présence anormale d’un petit objet coincé entre les fesses du jeune détenu.

Ce dernier a refusé le contrôle et a violemment passé en force, percutant les trois gardiens, puis les blessant en leur portant des coups. Lors de la neutralisation mouvementée du détenu, un morceau de 50 grammes de résine de cannabis est tombé. Il s’agissait de la drogue qu’il avait dissimulé dans ses fesses, apportée par sa compagne lors de sa visite au parloir. Lors de son transfert au mitard, le détenu a proféré des menaces de mort à l’adresse des surveillants blessés.
Ce soir, les syndicats UFAP UNSA Justice et FO dénoncent ces nouvelles violences exercées sur le personnel du centre pénitentiaire, sur fond de surpopulation carcérale.
E-Metropolitain

Abonnez-vous Ă  ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner Ă  ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.