Un homme, âgĂ© de 26 ans, dĂ©jĂ  condamnĂ© par la Cour d’assises pour avoir frappĂ© mortellement un retraitĂ© a Ă©tĂ© condamnĂ© par le tribunal correctionnel de Verdun (Meuse) pour avoir fait l’apologie du terrorisme sur internet. Une affaire de plus en plus courante par la justice depuis les attentats survenus en France en 2015. Mais cette affaire revĂŞtait un caractère particulier. Le prĂ©venu qui a publiĂ© une photo d’hommes Ă©quipĂ©s d’armes de guerre avec le message «Je ne suis pas Charlie» en rĂ©fĂ©rence Ă  l’attaque de Charlie Hebdo en janvier 2015 l’a fait depuis… sa cellule de prison.Le suspect a publiĂ© ce clichĂ© et ce message alors qu’il Ă©tait incarcĂ©rĂ© dans une cellule de la prison de MontmĂ©dy. La justice a aussi relevĂ© que l’homme, quasi trentenaire, a aussi harcelĂ© son ex-femme depuis la cellule. Il l’a ainsi appelĂ© en quelques mois 15.108 fois, ce qui fait environ 20 appels par heure. Un co-dĂ©tenu a Ă©galement menacĂ© son ex affirmant qu’il «aurait dĂ» lui tirer une balle dans la tĂŞte». Il a Ă©copĂ© de dix mois de prison dont quatre avec sursis et mise Ă  l’épreuve pendant 24 mois avec obligations de soins, de travail, d’indemniser son ex-compagne Ă  hauteur de 500€. 

Loractu