Alors qu’il devait quitter la prison de Nice lundi dernier, un Iranien s’est vu notifiĂ© un report de libĂ©ration après avoir blessĂ© un surveillant suite Ă  une altercation avec son co-dĂ©tenu.Mohammad, un Iranien de 35 ans, fĂŞtait un peu trop bruyamment sa prochaine libĂ©ration, prĂ©vue lundi dernier. Son codĂ©tenu lui a reprochĂ©. Une bagarre a Ă©clatĂ©.

Un jeune surveillant a tentĂ© de les sĂ©parer alors que Mohammad, blessĂ©, la pommette fissurĂ©e, l’Ĺ“il amochĂ©, a cherchĂ© a quittĂ© la cellule.
Il a donnĂ© un violent coup de pied dans la porte. Celle-ci a heurtĂ© le crâne du surveillant qui s’est retrouvĂ© KO.
Ce nouvel incident dans la prison niçoise a provoquĂ© le dĂ©brayage d’une partie du personnel lundi matin Ă  l’appel du syndicat UFAP. Le surveillant, le front ouvert, a dĂ» ĂŞtre recousu.
« J’ÉTAIS SUR LE COUP DES NERFS »
Le dĂ©tenu violent vient d’ĂŞtre jugĂ© en comparution immĂ©diate. Son avocat, Me Audrey Giordan, a plaidĂ© « des violences involontaires » alors que son client voulait Ă©chapper Ă  son codĂ©tenu.
Le prĂ©venu a Ă©tĂ© finalement condamnĂ© Ă  quatre mois ferme assortis d’un mandat de dĂ©pĂ´t, coupable de violence sur une personne dĂ©positaire de l’autoritĂ© publique.
De libĂ©ration, il n’en est plus question, du moins pour l’instant. Il devra Ă©galement verser un total de 2.800 euros de dommages et intĂ©rĂŞt au fonctionnaire, dĂ©fendu par Me Audrey Massei.
Lundi, un autre dĂ©tenu, qualifiĂ© « d’imprĂ©visible », par les gardiens de la maison d’arrĂŞt, a Ă©galement Ă©tĂ© sanctionnĂ©. Eddie, 34 ans, qui a dĂ©jĂ  sĂ©journĂ© dans des services de psychiatrie, a Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  un mois de prison pour s’ĂŞtre montrĂ© violent envers un surveillant le 22 avril dernier. SaĂ©, 38e condamnation en seize ans.
« J’Ă©tais sur le coup des nerfs », s’est dĂ©fendu le dĂ©tenu qui purge actuellement une peine de deux ans.
NiceMatin