🇫🇷 Le Pontet: Plus de 300 détenus de la prison participent aux Jeux pénitentiaires

C’est une compĂ©tition sportive pas comme les autres : les Jeux pĂ©nitentiaires se dĂ©roulent jusqu’Ă  vendredi Ă  la prison du Pontet (Vaucluse). DĂ©tenus et surveillants peuvent y participer. Les performances enregistrĂ©es sont valables Ă  l’extĂ©rieur de la prison.
Les Jeux pénitentiaires, créés en 2012, sont organisés tous les ans dans tous les centres pénitentiaires volontaires.
La compĂ©tition a dĂ©butĂ© lundi au sein de la prison du Pontet (Vaucluse). Elle se poursuit jusqu’Ă  ce vendredi. De nombreuses disciplines sont prĂ©sentĂ©es : il y a du football, du basket, du ping-pong, de la boxe, du triathlon (rameur, vĂ©lo, course), de l’athlĂ©tisme…
Les épreuves se déroulent sur le stade ou dans le gymnase de la prison. Elles sont chapeautées par les fédérations sportives elles-mêmes, qui envoient des émissaires pour arbitrer et enregistrer les performances.
Un classement inter-pénitentiaire est établi à la fin des Jeux.
Hakim a participé à toutes les épreuves de course. Il a gagné le 10 km et le triathlon, il est arrivé troisième lors du semi-marathon. Le jeune homme, âgé de 28 ans, a découvert le sport en prison. Une vraie révélation :
« Avec la course, je dĂ©couvre des sensations que je ne connaissais pas. Je prends Ă©normĂ©ment de plaisir. Un jour, après une course, j’Ă©tais carrĂ©ment euphorique. Je veux revivre cette sensation. »
Le jeune homme envisage, pourquoi pas, de se lancer dans une carrière sportive Ă  sa sortie de prison. Il s’entraĂ®ne activement, toutes les semaines, toute l’annĂ©e, au sein du centre pĂ©nitentiaire.

Le sport a en effet toute sa place dans la vie de la prison. Des ateliers sportifs sont proposĂ©s aux dĂ©tenus : football, course et boxe. C’est d’ailleurs l’ancien champion du monde Christophe Tendil qui anime les sĂ©ances de boxe au sein du centre pĂ©nitentiaire.
Jean-Louis ne rate aucune session. À 29 ans, il concourt dans la catégorie poids-lourds des Jeux pénitentiaires.
« Après l’entrainement, je suis bien, physiquement et moralement. C’est une autre ambiance que celle de la dĂ©tention, on a l’impression d’ĂŞtre dehors. »
Le sport en prison n’a que des vertus, pour Sabry Beldjilali. C’est lui qui dirige les projets sportifs dans les prisons de la rĂ©gion Provence-Alpes-CĂ´te d’Azur et de la Corse.
« Pendant l’effort, on partage autre chose. Il n’y a plus de dĂ©tenus et de surveillants, il y a juste des sportifs qui s’entraĂ®nent et qui Ă©coutent les conseils. »
D’ailleurs, les Ă©preuves des Jeux pĂ©nitentiaires sont ouvertes aux dĂ©tenus, aux surveillants et aux cadres de la prison. Le chef d’Ă©tablissement, Vincent Dupeyre, a couru le semi-marathon aux cĂ´tĂ©s des dĂ©tenus. Pour lui, organiser cette compĂ©tition, c’est très important. Et le sport en prison est primordial :
« On note que grâce aux activitĂ©s sportives, le nombre de consultations mĂ©dicales baisse. Le sport diminue le stress et l’agressivitĂ© et vĂ©hicule des valeurs de respect et de partage. C’est très important. »
Les Jeux pĂ©nitentiaires se poursuivent jusqu’Ă  vendredi, au centre pĂ©nitentiaire du Pontet. Cette annĂ©e, 364 dĂ©tenus y participent, soit environ la moitiĂ© de l’effectif de la prison.
FranceBleu

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.