🇫🇷 Fresnes: une avocate contrainte d’enlever son soutien-gorge pour rentrer dans la prison

Toutes les semaines, Me Elise Arfi se rend en prison pour rencontrer ses clients. Mais, ce lundi après-midi, en se présentant à Fresnes (Val-de-Marne), cette avocate du barreau de Paris a été obligée d’enlever son soutien-gorge pour pénétrer dans un établissement.Malgré les excuses que lui a ensuite présentées le directeur de la maison d’arrêt, la pénaliste digère mal cet épisode désobligeant. «C’était très humiliant», souffle-t-elle. De son côté, l’administration pénitentiaire ne fait pas la même présentation de cet incident et affirme que «les règles ont été respectées à la lettre».

 Â«Quand je suis passĂ©e au portique, l’appareil a sonnĂ©, raconte l’avocate. Je me suis dĂ©barrassĂ©e de tout, y compris de mes chaussures. Comme ça continuait Ă  sonner, il est devenu Ă©vident que c’était Ă  cause de l’armature mĂ©tallique de mon soutien-gorge.» C’est ici que les versions divergent.

«Les surveillants ont sollicitĂ© une de leur collègue femme pour qu’elle procède Ă  une palpation. Elle a constatĂ© que je ne portais rien de suspect, dĂ©veloppe Me Arfi. Quand je suis repassĂ©e sous le portique – qui s’est par nature remis Ă  sonner – l’un des surveillants s’est encore opposĂ© Ă  mon entrĂ©e. Quand je lui ai demandĂ© si je devais enlever mon soutien-gorge, il m’a dit que c’était Ă  moi de voir… » De guerre lasse, l’avocate se dĂ©barrasse de son soutien-gorge dans la rue et pĂ©nètre enfin dans l’établissement.
 Du cĂ´tĂ© de l’administration pĂ©nitentiaire, on soutient que Me Arfi a d’abord fait l’objet d’une dĂ©tection avec un appareil manuel – ce qu’elle conteste. «C’est alors qu’elle s’est Ă©nervĂ©e et qu’elle a retirĂ© d’elle-mĂŞme son soutien-gorge en refusant de procĂ©der Ă  la palpation, avance l’administration. Il n’y a donc eu aucun Ă©cart Ă  la règle.»

Si Me Arfi ne conteste pas que l’épisode l’a passablement agacé, elle affirme avoir bel et bien satisfait à la palpation. «En apprenant ce qui m’était arrivé, la surveillante qui avait procédé à l’acte est même venue me voir, elle était embêtée», ajoute la pénaliste. En revanche personne ne conteste que le directeur de la maison d’arrêt a ensuite reçu l’avocate «pour s’excuser des désagréments», dixit l’administration pénitentiaire. Me Arfi a d’ores et déjà alerté le conseil de l’ordre de son barreau.

Le Parisien

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.