Avec la loi du 15 juin 2000 renforçant la protection des victimes et la prĂ©somption d’innocence, les dĂ©putĂ©s et sĂ©nateurs sont autorisĂ©s Ă  visiter Ă  tout moment et de façon inopinĂ©e les prisons. Nous avons suivi le dĂ©putĂ© NoĂ«l Mamère au centre pĂ©nitentiaire de Gradignan. Des travaux y sont prĂ©vus de 2019 Ă  2022. 

Les détenus ont le droit à une heure de promenade par jour.

Nous avons été invité à laisser notre smartphone dans une consigne. Après le passage au portique de détection de métaux, nous entrons au cœur de la maison d’arrêt. FABIEN COTTEREAU

A leur sortie de cellule pour la promenade, les détenus sont systématiquement fouillés, ainsi qu’à leur retour.

Les cellules ont une superficie de 9 m2 FABIEN COTTEREAU

Garde manger improvisé sur le rebord d’une fenêtre. FABIEN COTTEREAU

La circulation dans les couloirs se fait accompagné par un surveillant. FABIEN COTTEREAU

La vue de la cour de promenade depuis une cellule. FABIEN COTTEREAU

L’insigne des surveillants de la maison d’arrêt de Gradignan.

Le centre pénitentiaire de Gradignan est le seul établissement pénitentiaire de Gironde, En 2008, il y avait jusqu’à 890 détenus au mois de mai. Aujourd’hui, le taux d’occupation atteint 220 % FABIEN COTTEREAU

Le parloir, dans le bâtiment principal qui est composé de six étages FABIEN COTTEREAU

En cas de perte d’une clef, l’ensemble des barillets de serrure de l’établissement sont changés. FABIEN COTTEREAU

Accès au parloir en passant par un portique de sécurité. FABIEN COTTEREAU

La vue de la cour de promenade depuis l’escalier du bâtiment principal. Un filet empêche toutes intrusion d’objets qui pourraient être lancés par dessus les murs d’enceinte, les fameux « parachutes » FABIEN COTTEREAU

Les cellules ont une superficie de 9 m2, et sont prévues pour deux détenus, mais parfois, comme ici, ils sont trois à se partager l’espace. Matelas et couverture sont rangés dans une poche de poubelle pendant la journée.

Les cellules ont une superficie de 9 m2, et sont prévues pour deux détenus, mais parfois, comme ici, ils sont trois à se partager l’espace. Matelas et couverture sont rangés dans une vulgaire poche de poubelle pendant la journée. FABIEN COTTEREAU

La vétusté du coin « toilette » de la cellule. FABIEN COTTEREAU

Les surveillants observent les détenus avant l’ouverture de la porte. FABIEN COTTEREAU

Dans la journée, certain détenus profitent de la pause « promenade »pour aller se doucher. FABIEN COTTEREAU

Une surveillante distribue le courrier. FABIEN COTTEREAU

Tous les détenus possèdent un téléviseur et la plupart une console de jeu. FABIEN COTTEREAU

Les cellules sont vétustes, Le 16 décembre 2008, la prison enregistre son 3e suicide de l’année. De 1996 à 2008, 34 suicides ont été dénombrés. Le centre pénitentiaire de Gradignan figure dans la liste des 20 prisons françaises ayant enregistré le plus grand nombre de suicides sur cette période FABIEN COTTEREAU

La promenade dans le quartier des femmes. FABIEN COTTEREAU

Sud Ouest

Abonnez-vous Ă  ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner Ă  ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.