Après le décès d’un Nantais en prison à Plœmeur, le parquet ouvre une information judiciaire pour rechercher les causes de sa mort.
Son frère, âgé de 42 ans, est mort au quartier des arrivants de la maison d’arrêt de Plœmeur, le 30 avril dernier. « Crise cardiaque », lui a-ton dit quelques jours après. Cette Nantaise est persuadée que son frère a subi de mauvais traitements, après avoir vu son corps à la morgue.

De nombreuses questions ont surgi dans son esprit. Elle a déposé plainte auprès du procureur de la République de Lorient. Lequel a ouvert une information judiciaire pour recherche des causes de la mort. Le parquet dément tout mauvais traitement. « L’examen médico-légal n’a révélé aucune trace suspecte sur le corps », assure-t-il.
La famille se pose également des questions sur la date de la mort de leur proche, car plusieurs dates auraient été indiquées sur les différents papiers officiels.
Le Nantais avait été incarcéré le 24 avril, après avoir été condamné en comparution immédiate pour le vol d’une télévision dans les locaux de la médiathèque de Lorient. Il avait une peine de six mois à purger.
La famille conteste également le traitement de leur proche. « Il a été placé seul dans une cellule, sans ses médicaments », pleure sa soeur. Son frère souffrait de schizophrénie et de paranoïa. « Il avait un traitement lourd à prendre. » Son avocat considère que « la question de la prise en charge d’un détenu avec ce profil médical se pose ».
Ouest France