La prise d’otage Ă  la maison centre d’Ensisheim (Haut-Rhin) s’est terminĂ©e lundi 5 juin vers 5h50, sans qu’il y ait de blessĂ©, rapporte France Bleu Alsace. Les trois dĂ©tenus qui retenaient un surveillant de 33 ans depuis dimanche soir ont Ă©tĂ© placĂ©s en garde Ă  vue. Leurs revendications n’Ă©taient pas connues lundi matin.

La prise d’otage s’est produite lors de la distribution des repas, vers 19h30. L’un des dĂ©tenus a dĂ©robĂ© les clĂ©s du surveillant, afin de libĂ©rer deux codĂ©tenus. Tous les trois ont ensuite retenu leur otage, sous la menace d’un couteau, au premier Ă©tage de l’Ă©tablissement.

Le surveillant n’a subi aucune violence physique. Il a Ă©tĂ© pris en charge par les psychologues et les gendarmes. Selon les informations de France Bleu Alsace, l’un des dĂ©tenus impliquĂ©s a cinq prises d’otage Ă  son actif, dans diffĂ©rents Ă©tablissements.

La directrice interrĂ©gionale des services pĂ©nitentiaires de Strasbourg, le prĂ©fet du Haut-Rhin et le vice-procureur se sont rendus sur les lieux, oĂą a Ă©tĂ© activĂ©e une cellule de crise, a prĂ©cisĂ©, dimanche soir, le ministère dans un communiquĂ©. L’équipe rĂ©gionale d’intervention et de sĂ©curitĂ© (Eris : forces d’intervention de l’administration pĂ©nitentiaire) s’est Ă©galement rendue sur place.

Cette prison compte 200 places et accueille 190 dĂ©tenus. Elle regroupe des personnes condamnĂ©es Ă  de longues peines d’emprisonnement. Parmi eux, il y a notamment Francis Heaulme, Guy Georges, Michel Fourniret et par le passĂ© Emile Louis avant sa mort.

La maison centrale d’Ensisheim avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© victime d’une prise d’otage en juin 2016. Celle-ci s’Ă©tait terminĂ©e au bout de sept heures de nĂ©gociations. Le dĂ©tenu preneur d’otage protestait contre le traitement de l’administration pĂ©nitentiaire et retenait le psychologue de l’Ă©tablissement en le menaçant avec une arme.  

France info