🇫🇷 Nice: Des détenus ont participé à l’épreuve reine des 32 kilomètres

Les Gendarmes et les Voleurs ont rarement aussi bien portĂ© leur nom. Cette annĂ©e encore, deux dĂ©tenus de la maison d’arrĂŞt de Nice Ă©taient parmi le millier de coureurs au dĂ©part du 32 kilomètres des « GVT », une course organisĂ©e par la Gendarmerie. RĂ©cit.«Magique ». Le mot revient sans cesse dans la bouche de Romain et Anthony (*). Quelques minutes après leur arrivĂ©e, les deux jeunes hommes traĂ®nent au milieu du village-course. L’air de rien. Libres comme vous et moi. Seuls quelques plaisantins, dĂ©guisĂ©s en bagnard, viennent leur rappeler leur quotidien carcĂ©ral. Mais ceux qui vivent entre quatre murs « 22 heures sur 24 », comme le rappelle Romain, savourent l’instant. Pas peu fiers d’avoir bouclĂ© leur tout premier trail en un peu plus de 3 heures et 30 minutes.

Une rĂ©elle performance pour ces nĂ©o-sportifs qui s’entraĂ®nent depuis seulement 7 mois. « On les a choisis pour leur comportement, explique David Barrois, moniteur de sport Ă  la maison d’arrĂŞt de Nice et Ă  l’origine du projet. On observe comment les dĂ©tenus se comportent sur le terrain avec nous, on ne leur parle de rien, on fait une sĂ©lection de 10-15 personnes et après on regarde en fonction de leur peine pour limiter le risque d’Ă©vasion. »
L’entraĂ®nement dans la minuscule cour de prison concoctĂ© par David Barrois, qui avait des airs de grand frère, ce week-end Ă  Ambazac, a donc portĂ© ses fruits.
On tourne en rond pendant deux heures en changeant de sens toutes les vingt minutes afin d’Ă©viter de traumatiser un seul et mĂŞme cĂ´tĂ©, explique Romain. Et puis il faut aussi faire attention aux tirs des gars qui jouent au foot Ă  cĂ´tĂ©. 
Dans une maison d’arrĂŞt surpeuplĂ©e, Romain et Anthony passent souvent pour des fous. « Les jeunes prĂ©fèrent jouer au ballon que courir », commente le second avec un bel accent chantant. « C’est vrai qu’ils nous regardent bizarrement parfois », ajoute Romain. Mais en courant, les deux dĂ©tenus oublient tous leurs soucis du quotidien. Mettent entre parenthèses les Ă©preuves d’un milieu carcĂ©ral souvent intraitable. Et cela vaut bien la peine de passer pour des fous.

Les paysages des Monts d’Ambazac ont Ă©galement fait leur petit effet. Si Anthony avoue, dans un large sourire communicatif, que « ça fait quand mĂŞme loin de Nice », mais qu’il a « l’habitude d’ĂŞtre enfermĂ© alors ce n’est pas la voiture qui va le dĂ©ranger », les deux compères en ont pris plein la vue. « Le paysage Ă©tait magnifique », continue le jeune homme de 29 ans qui purge une peine de deux ans. De son cĂ´tĂ©, Romain a regoĂ»tĂ© Ă  quelques plaisirs simples pourtant loin d’ĂŞtre anecdotiques : « C’est peut-ĂŞtre con, mais quand tu es dehors comme ça, tu respires diffĂ©remment. Tu oublies tout en prison. LĂ  tu peux toucher des arbres, des feuillesÂ… Cela ne m’Ă©tait plus arrivĂ© depuis sept mois ! » Autant dire une Ă©ternitĂ©.
« Je n’avais pas touchĂ© d’arbres depuis sept moisÂ… »

Mais le calvaire est bientĂ´t terminĂ© pour le grand bonhomme de 35 ans qui devrait ĂŞtre remis en libertĂ© d’ici trois semaines. Lui qui a beaucoup voyagĂ© de par son emploi de manager dans de prestigieux restaurants Ă  New-York ou Singapour a hâte de quitter sa cellule et retrouver sa vie d’avant. Avec la course Ă  pied comme nouvelle passion. « Je n’avais jamais fait de course avant ce challenge mais je me suis pris au jeu et j’aimerais faire le marathon de Nice ou de Paris », avance Romain, dĂ©terminĂ©. Comme si les deux dĂ©tenus avaient choisi le sport comme Ă©chappatoire dans un premier temps, avant d’en ĂŞtre devenus accro.

Avant les Gendarmes et les Voleurs de Temps, Anthony a ainsi dĂ©jĂ  participĂ© aux 10 kilomètres de la Prom’Classic Ă  Nice, toujours dans le cadre de sa rĂ©insertion, et envisage de rĂ©aliser l’Ironman de Nice après le marathon Nice-Cannes qu’il prĂ©pare Ă©galement. « Il m’est toujours arrivĂ© des trucs nĂ©gatifs dans ma vie alors que lĂ  ce n’est que du plaisir quoi, avance Anthony. L’ambiance est incroyable, on ne se connaĂ®t pas mais on s’encourage, on se dit « allez ne lâche pas »… ».
Et s’il y en a bien une qui devait lui crier « allez ne lâche pas » depuis le Var, c’est sa petite fille de 3 ans, qui attend patiemment de retrouver son papa. « J’ai couru pour elle aujourd’hui (dimanche, ndlr). Je sais qu’elle suivait mon temps avec sa mère sur internet », raconte le dĂ©tenu, dont la douleur au talon droit semble effacĂ©e par ce qu’il vient d’accomplir. Une aventure sportive qui a redonnĂ©, aux deux dĂ©tenus, le goĂ»t de la vie. La vraie.
Le populaire

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.