Lundi 12 juin, un détenu de la prison de Réau, qui a 16 mentions à son casier judiciaire, notamment pour vols avec violence, a été condamné au tribunal correctionnel pour rébellion.
Des gardiens, qui voulaient procéder à une inspection des barreaux de sa cellule, le 2 mai dernier, avaient été menacés avec des pots de fleurs. Des renforts avaient été nécessaires pour maîtriser le forcené, qui une fois menotté, avait asséné des coups de pied et de poings. Quatre surveillants, blessés, ont eu 2, 7 et 14 jours d’incapacité totale de travail.
Par ailleurs, la fouille avait permis de retrouver quelques grammes de cannabis dans un mouchoir, un téléphone portable en train de charger, et surtout, un pic artisanal. « Son casier démontre qu’il est extrêmement violent », a souligné l’avocate des parties civiles, Me Anne-Catherine Le Squer.
Pour la défense, Me Bérangère Escudier a plaidé l’indulgence, indiquant « que le milieu carcéral n’était pas évident, aussi bien les détenus que les surveillants, et que tout le monde était sous tension, à la merci de la moindre étincelle. »
La république

Abonnez-vous Ă  ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner Ă  ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.