Les cellules du bâtiment B, ici en photo avant son démantèlement, ont été vidées. Il n’y a plus de sanitaires, ni même de portes.L’administration pénitentiaire n’a pas eu besoin de détruire le bâtiment B pour entériner un peu plus la fermeture de la centrale de Clairvaux. Elle a démantelé l’établissement carcéral de l’intérieur. Depuis plusieurs semaines, les ouvriers s’activent pour vider les cellules et les rendre inutilisables. Portes, sanitaires, système d’appel, lavabo, fenêtres, électricité : toutes les cellules ont été vidées.


L’Est Eclair