🇫🇷Saran: Des arrêts maladie nombreux et préoccupants au sein des surveillants PREJ

De nombreux transfèrements de dĂ©tenus entre le Cepos et les palais de justice de la RĂ©gion ont dĂ» ĂŞtre annulĂ©s. Un syndicat dĂ©nonce la pĂ©nibilitĂ© des conditions de travail des surveillants.La nouvelle directrice du centre pĂ©nitentiaire de Saran (Cepos), Danièle BoilĂ©e, qui doit officiellement prendre ses fonctions cet après-midi, s’apprĂŞte Ă  affronter une situation sociale Ă  la fois inĂ©dite et prĂ©occupante. Selon le premier surveillant de l’AutoritĂ© de rĂ©gulation et de programmation des extractions judiciaires (Arpej), « la quasi-totalité » des personnels du PĂ´le de rattachement des extractions judiciaires (Prej) d’OrlĂ©ans est en arrĂŞt-maladie. Une dizaine d’agents, dont la fonction est d’assurer les transfèrements de dĂ©tenus entre le Cepos et plusieurs tribunaux de la RĂ©gion Centre-Val de Loire, sont sur le flanc.

De source syndicale, on Ă©voque « des conditions de travail fort difficiles, des heures supplĂ©mentaires exorbitantes, des missions qui s’accumulent », alors que les effectifs restent constants. « Ces agents sont en grande fatigue », indique ainsi un reprĂ©sentant de l’Union fĂ©dĂ©rale autonome pĂ©nitentiaire (Ufap).
Six personnels par jour en moyenne
Mercredi, l’Arpej a ainsi adressĂ© aux palais de justice d’OrlĂ©ans, Tours et Chartres, sept ImpossibilitĂ©s de faire (IDF), concernant autant de dĂ©tenus dont elle devait organiser le transfert, et dont elle n’Ă©tait pas en mesure d’assurer la rĂ©alisation. « À compter du 13 juin et, a minima jusqu’au 16 juin, nous ne disposons plus que de six personnels en moyenne sur les jours Ă  venir », indique le premier surveillant de l’Arpej, que nous avons joint et qui n’a pas souhaitĂ© s’exprimer.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Sequedin: Agression d'un dĂ©tenu, un surveillant soupçonnĂ© de complicitĂ©, mis en examen

La direction interrĂ©gionale de l’administration pĂ©nitentiaire, que nous avons Ă©galement tentĂ© d’interroger, n’a pas davantage rĂ©pondu Ă  nos sollicitations.

Cette situation inquiète toutefois les magistrats d’OrlĂ©ans. « Les juges d’instruction ne peuvent plus travailler, leurs cabinets sont complètement dĂ©sorganisĂ©s », se lamente le dĂ©lĂ©guĂ© rĂ©gional de l’Union syndicale des magistrats, Alain Leroux.

En rĂ©alitĂ©, depuis maintenant un an que les transfèrement de dĂ©tenus ont Ă©tĂ© confiĂ©s Ă  l’administration pĂ©nitentiaire – au dĂ©triment des forces de police et de gendarmerie, rĂ©affectĂ©s Ă  leurs missions premières de maintien de l’ordre – le système n’a cessĂ© de connaĂ®tre des dysfonctionnements.
Faute de personnels et de véhicules en nombre suffisant
Faute de personnels et de vĂ©hicules en nombre suffisants, l’Arpej dĂ©livre rĂ©gulièrement des IDF, lesquelles peuvent avoir des incidences fâcheuses : en septembre dernier, cinq dĂ©tenus du Cepos, qui devaient ĂŞtre jugĂ©s en comparution immĂ©diate Ă  Chartres, ont purement et simplement Ă©tĂ© remis en libertĂ© après que l’Arpej a fait connaĂ®tre son empĂŞchement d’effectuer leur transfert jusqu’au palais de justice eurĂ©lien.

Les audiences devant les tribunaux correctionnels, notamment celui d’OrlĂ©ans, sont dĂ©sormais rythmĂ©es par le personnel pĂ©nitentiaire qui maĂ®trise seul la rĂ©gulation des dĂ©tenus et impose aux magistrats le tempo des audiences.

L’arep

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.