Ces dernières semaines, une fouille gĂ©nĂ©rale a Ă©tĂ© opĂ©rĂ©e dans le quartier d’isolement de la maison d’arrĂŞt de Corbas.
Selon le Progrès, l’administration pĂ©nitentiaire est sur les dents suite Ă  la projection d’un colis dont le contenu laisse pantois.

C’est un dĂ©tenu qui l’a rĂ©cupĂ©rĂ©, par hasard. Et en l’ouvrant, il a dĂ©cidĂ© de prĂ©venir les surveillants. Le paquet cachait des liens en plastique, deux couteaux et un texte faisant allusion Ă  l’Etat islamique. Tout le nĂ©cessaire pour organiser un attentat au sein de la prison, soit une prise d’otage suivie d’une exĂ©cution.
Les soupçons de l’administration se sont immĂ©diatement tournĂ©s vers Muhammad Usman, incarcĂ©rĂ© Ă  Corbas depuis son arrestation en Autriche et son transfert en France l’Ă©tĂ© dernier. Ce Pakistanais âgĂ© de 36 ans aurait tentĂ© d’intĂ©grer le commando des attentats du 13 novembre 2015 Ă  Paris. Son complice prĂ©sumĂ©, Adel Haddadi, arrĂŞtĂ© avec lui, est en ce moment incarcĂ©rĂ© Ă  Villefranche-sur-SaĂ´ne.
Le paquet lui Ă©tait-il destinĂ© pour commettre un attentat ? Ou bien s’agit-il d’une opĂ©ration de dĂ©stabilisation de l’intĂ©ressĂ© et de l’administration pĂ©nitentiaire ?
Dans le doute, le quartier d’isolement de la prison de Villefranche a Ă©galement Ă©tĂ© fouillĂ©.

En attendant les rĂ©sultats de l’enquĂŞte, les deux apprentis terroristes sont placĂ©s sous haute surveillance. Car mĂŞme derrière les barreaux, il semble que leur pouvoir de nuisance ne soit pas annihilĂ©.
Lyon Mag