đŸ‡«đŸ‡·Villepinte : des surveillants pris Ă  partie Ă  la sortie de la prison

Elle ne reprendra pas son service demain. « Hors de question que je remette les pieds lĂ -bas », dĂ©plore cette surveillante pĂ©nitentiaire en poste Ă  Villepinte. Ce jeudi, elle a Ă©tĂ© prise Ă  partie avec des collĂšgues sur le parking de l’établissement. Deux personnes ont Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©es et sont en garde Ă  vue.

Cela fait suite Ă  une suspicion d’usurpation d’identitĂ© lors d’un parloir dans l’aprĂšs-midi. Les surveillants en charge des parloirs auraient remarquĂ© qu’un visiteur n’était pas le mĂȘme que celui qui s’était prĂ©valu du mĂȘme permis de visite au cours du mois de mai.

« Nous avons Ă©tĂ© menacĂ©s », assure cette surveillante, qui pensait avec ses collĂšgues que la police interviendrait. Les forces de l’ordre sont bien arrivĂ©es, mais plus tard qu’espĂ©rĂ©.

Car c’est sur le parking de la prison que la scĂšne finale s’est jouĂ©e, lorsque les surveillants terminaient leur service vers 17 h 30. « Plusieurs voitures nous attendaient et ont convergĂ© vers nous. Je me suis mise Ă  l’abri et j’ai donnĂ© l’alerte pendant que mes collĂšgues Ă©taient pris Ă  partie », relate la gardienne. Elle sait que d’autres familles ont tentĂ© de s’interposer.
Fait rare, une balise d’alerte est dĂ©clenchĂ©e pour signaler l’urgence et le danger. Deux personnes sont finalement interpellĂ©es et placĂ©es en garde Ă  vue pour menaces de mort et outrages. De source policiĂšre, aucun blessĂ© n’est Ă  dĂ©plorer, mais selon la surveillante et le syndicat CFTC, qui envisage de dĂ©poser plainte, un gardien aurait reçu des coups ! 

Le Parisien