🇫🇷 Bientôt un matricule pour identifier les surveillants de prison?

« Surveillant! » C’est ainsi que se font appeler la quasi-totalitĂ© des surveillants pĂ©nitentiaires de l’Hexagone, afin de prĂ©server leur anonymat face aux dĂ©tenus. Mais dans un souci d’identification de « chaque professionnel intervenant dans la prise en charge des personnes privĂ©es de liberté », le ContrĂ´leur gĂ©nĂ©ral des lieux de privations de libertĂ© (CGLPL) a requis, dans son rapport publiĂ© ce mercredi, que chaque surveillant porte un matricule.  Parmi les autres mesures prĂ©conisĂ©es figurent notamment une dĂ©concentration des recrutements, un renforcement de la formation sur le droit des personnes emprisonnĂ©es et une meilleure mobilitĂ© des agents. 

L’effet souhaitĂ© du matricule est double: d’un cĂ´tĂ©, il pourrait servir aux dĂ©tenus car, souligne le CGLPL, il aurait « un effet prĂ©ventif de comportements non professionnels » des surveillants. A ce jour, ce problème d’identification est une « source d’incomprĂ©hension pour les personnes dĂ©tenues », dĂ©nonce le rapport. D’un autre cĂ´tĂ©, l’identitĂ© des surveillants serait couverte par ce numĂ©ro de matricule, notamment dans le cas de dĂ©pĂ´ts de plaintes oĂą, pour le moment, leur nom apparaĂ®t.  

Chez les premiers concernĂ©s, les rĂ©actions sont en demi-teinte. « Il s’agit d’une mesure annexe, sans rĂ©el intĂ©rĂŞt », observe auprès de L’Express Philippe Abime, dĂ©lĂ©guĂ© FO aux Baumettes Ă  Marseille. Il assure que les agressions de dĂ©tenus par des surveillants restent « marginales ». « Toutes les administrations consultĂ©es font Ă©tat d’une certaine fermetĂ© disciplinaire », observe pourtant le CGLPL. 

Effectivement les dĂ©tenus ne connaissent pas nos noms, car cela fait partie de notre formation de ne pas laisser fuiter de dĂ©tails personnels sur ses collègues, surtout maintenant que nous sommes devenus de rĂ©elles cibles avec le phĂ©nomène de radicalisation », dĂ©taille le surveillant marseillais.  

« Mais si un dĂ©tenu veut nous identifier, il le peut dĂ©jĂ . Il n’a qu’Ă  dire oĂą il se trouvait tel jour et Ă  telle heure et le nom du surveillant qu’il a croisĂ© est nĂ©cessairement rĂ©pertoriĂ© dans nos fichiers informatiques », explique aussi le syndicaliste. « Et puis nous sommes quasi constamment filmĂ©s alors on nous reconnait facilement », abonde Guillaume Pottier, dĂ©lĂ©guĂ© de l’Ufap Unsa pĂ©nitentiaire Ă  Lille.  

Si Philippe Kuhn du syndicat SPS pĂ©nitentiaire Ă  Paris, confesse de son cĂ´tĂ© que « certains collègues dĂ©rapent » et que ce matricule pourrait permettre aux dĂ©tenus d’identifier leurs agresseurs, il y voit surtout une meilleure protection pour lui et ses pairs.  
« Quand un dĂ©tenu porte plainte contre un surveillant, ou inversement, notre nom ressort. ĂŠtre identifiĂ© par un matricule nous permettrait d’ĂŞtre protĂ©gĂ©s dans les procĂ©dures, comme c’est le cas parfois pour les policiers, notamment depuis ce qui s’est passĂ© Ă  Magnanville », reconnaĂ®t le syndicaliste. « Ce dĂ©tail empĂŞche de nombreux collègues de porter plainte quand ils ont Ă©tĂ© agressĂ©s », souligne Philippe Kuhn. Il souffle: « Par les temps qui courent, nous sommes devenus des menaces et nous devenons de plus en plus mĂ©fiants. » 

L’anonymisation des surveillants dans les procĂ©dures judiciaires, Philippe Abime des Baumettes, n’y croit pas franchement. « Mes collègues se font dĂ©jĂ  suivre dehors par des proches de dĂ©tenus avides de reprĂ©sailles: soit un avocat a diffusĂ© son nom, soit un surveillant a Ă©tĂ© pris en photo avec un smartphone au sein de la prison et son portrait a Ă©tĂ© diffusĂ© Ă  l’extĂ©rieur. »
Dans la prison d’Aix, par exemple, un contrat avait Ă©tĂ© passĂ© entre un dĂ©tenu et des gens de l’extĂ©rieur pour agresser une surveillante », dĂ©plore le syndicaliste de FO. « Si un dĂ©tenu veut connaĂ®tre notre nom, il y parviendra toujours. On est des citoyens comme tout le monde, on connait toujours quelqu’un qui connaĂ®t quelqu’un… qui connaĂ®t le dĂ©tenu », ironise Guillaume Pottier, syndicaliste dans le Nord. Pour lui, pas question de porter un matricule: « Je suis un ĂŞtre humain, pas un numĂ©ro! » 

L’Express

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.