🇫🇷Les portables en prison : « c’est pour appeler la famille » et les couteaux…pour la viande !⚖️

Audience au tribunal correctionnel d’Aix hier suite Ă  la fouille de la prison de Salon en avril

Bah, c’est pour appeler la famille… » RĂ©plique rĂ©currente, hier matin au tribunal correctionnel d’Aix, oĂą une audience Ă©tait consacrĂ©e Ă  la dĂ©tention de portables par des « rĂ©sidents » du centre pĂ©nitentiaire de Salon. Ce rendez-vous judiciaire fait suite Ă  une fouille sectorielle dĂ©clenchĂ©e le 19 avril, dès potron minet et ciblant un demi-Ă©tage de bâtiment. Ce matin-lĂ , rappelle le procureur Emmanuel Merlin, des agents pĂ©nitentiaires (dont les Eris, Ă©quipes rĂ©gionales d’intervention et de sĂ©curitĂ©) ont dĂ©barquĂ© sans carton d’invitation en cellule.

Bilan : des portables, couteaux, stupĂ©fiants… et 17 dĂ©tenus convoquĂ©s hier. Luis arrive seul Ă  la barre : « Chuis en permission », prĂ©vient-il en confiant que le portable dĂ©nichĂ© dans sa cellule lui fut remis par « un jeune sorti libĂ©rable. Je m’en servais le soir. J’ai pas beaucoup de parloir et j’appelais la famille ». Le procureur recadre : « On sait que ces portables servent Ă  appeler d’anciens comparses, des complices, voire Ă  prĂ©parer des choses… » Combien de dĂ©tenus disposent ainsi illĂ©galement d’un portable ? « Quasiment tous », apprendra-t-on.

Dans ce dossier, le procureur requiert huit mois ferme. Le prĂ©sident Eric Bienko Vel Bienek en prononcera trois. Puis Richard arrive des geĂ´les oĂą règne le brouhaha. Dans sa cellule, l’administration a trouvĂ© portable, carte SIM et carte SD. « Le portable, un ami qui est sorti libĂ©rable me l’a donné ». LĂ  encore, « pour appeler la famille ». Me Nadia Bouroumis complĂ©tera : « les tĂ©lĂ©phones ça permet la paix sociale en prison » et dĂ©noncera « un acharnement, alors mĂŞme que les tĂ©lĂ©phones ça arrange tout le monde ». Son client sera condamnĂ© Ă  trois mois ferme, le parquet en avait requis huit.

Un couteau… pour la viande
Huit mois ferme, c’est la peine prononcĂ©e contre Fabrice, poursuivi pour avoir dĂ©tenu dans sa cellule un portable, un chargeur, une carte Sim, une carte SD, deux grammes de rĂ©sine de cannabis. Et un couteau. « On m’a tout donné », grommelle-t-il. Le cannabis ? « Oh je fume vite fait ». Le couteau : « C’Ă©tait pour la viande et pour ma sĂ©curité », lâche-t-il, peu disert. Moins, en tout cas, que lorsqu’il accueillit les gendarmes en cellule oĂą il Ă©tait justement en train de fumer. « Ces insultes feront l’objet d’une procĂ©dure », promet le tribunal.

Plus tard, ce n’est pas pour un tĂ©lĂ©phone qu’est jugĂ© Ari, mais pour le recel d’une machine Ă  tatouer. « Il dit l’avoir fabriquĂ©e lui-mĂŞme », relate le prĂ©sident. LibĂ©rĂ© il y a peu, le prĂ©venu n’est pas prĂ©sent. DĂ©libĂ©rĂ© : deux mois ferme. Puis c’est pour une clĂ© USB et un gramme de rĂ©sine de cannabis, que Lyes arrive avec son codĂ©tenu. »La clĂ© c’Ă©tait pour Ă©couter de la musique », justifie Lyes, la vingtaine, comme la majoritĂ© des prĂ©venus de cette audience. Lui aussi aurait bĂ©nĂ©ficiĂ© de cette magnanimitĂ© qui affecte les dĂ©tenus Ă  leur sortie : « C’est un dĂ©tenu sorti libĂ©rable qui me l’a donnĂ©, avec le cannabis ».
Jonathan, le codĂ©tenu, est ici pour un couteau muni d’une lame de 19 cm : « Il Ă©tait dans un frigo que j’ai rĂ©cupĂ©rĂ© dans la salle d’activitĂ©s. Si j’avais su qu’il y avait un couteau dans le moteur, vous pensez bien que j’l’aurais pas pris ! » Son voisin opine : « Ah non ! Il l’aurait pas pris ! » Au parquet, l’on s’interroge : « Le rĂ©frigĂ©rateur Ă©tait en cellule depuis deux mois… c’est n’importe quoi », Ă  l’adresse du tribunal. En dĂ©fense, Me Caroline Depouez insiste : « Tous deux livrent la mĂŞme version et chacun reconnaĂ®t sa responsabilité », puis elle plaide la relaxe pour Jonathan, jugĂ© pour la dĂ©tention du couteau. Tous deux Ă©coperont de trois mois.

MĂŞme peine pour Mohamed, qui raconte : « C’Ă©tait l’anniversaire de mon fils alors j’me suis fait prĂŞter un portable, et lĂ , pas de chance ! C’est le lendemain, qu’il y a eu la fouille ». Il y avait aussi un peu de cannabis, « juste de quoi faire un pĂ©tard, hein », et une clĂ© USB avec musique et photos. Le concernant, Me Depouez invoque « une vraie fragilitĂ©, pour cet homme isolĂ©. En 30 mois de dĂ©tention, jamais un rapport Ă  son encontre ».

Hier 17 dossiers ont ainsi Ă©tĂ© examinĂ©s par le tribunal, qui a prononcĂ© deux relaxes. Et entendu les arguments des prĂ©venus : « Le tĂ©lĂ©phone de la prison, on y a droit jusqu’Ă  18h. Après, j’ai encore envie de parler, moi ».
La provence

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.