đŸ‡«đŸ‡·Villefranche-sur-saĂŽne: Une enquĂȘte Ă  charge publiĂ©e sur la prison, les surveillants rĂ©pliquent

C’est une enquĂȘte jugĂ©e polĂ©mique par certains. À peine publiĂ©e, l’enquĂȘte de l’OIP Villefranche-sur-SaĂŽne : l’omerta, fait dĂ©jĂ  dĂ©bat. MenĂ©e par Amid Khallouf, coordinateur inter-rĂ©gional Sud-Est de la section française de l’OIP, le document n’est pas tendre avec l’administration et les surveillants de la prison de Villefranche.
« S’il est une maison d’arrĂȘt que les prĂ©venus et condamnĂ©s de la rĂ©gion lyonnaise redoutent, c’est bien celle de Villefranche. » C’est ainsi que dĂ©bute l’enquĂȘte. La prison est mise en cause sur plusieurs points. « Cet Ă©tablissement pĂ©nitentiaire est connu pour la duretĂ© de son rĂ©gime », peut-on ainsi lire. Ici, c’est un certain extrĂ©misme dans l’application du rĂšglement intĂ©rieur qui est abordĂ©. Une application apparemment « bĂȘte et mĂ©chante ».
L’enquĂȘte revient aussi sur un rapport du ContrĂŽleur gĂ©nĂ©ral des lieux de privation de libertĂ© (CGLPL) datant de 2012. À cette date dĂ©jĂ , « le CGLPL souligne des relations entre dĂ©tenus et surveillants empreintes d’une forte tension ». Un constat qui serait encore d’actualitĂ©, avec des fouilles Ă  nu jugĂ©es abusives par l’OIP, des violences physiques ou encore des pressions. « Les personnes dĂ©tenues et leurs proches tĂ©moignent de leur indignation face Ă  ces mĂ©thodes, qu’ils perçoivent comme une stratĂ©gie pour les faire craquer et les pousser Ă  la faute », dĂ©taille Amid Khallouf.
Certains surveillants confondraient « autoritĂ© et autoritarisme », selon un maton qui, en 2006, avait alertĂ© sur la situation dans une lettre anonyme. Pour autant, « ces violences, brimades et provocations ne concernent heureusement pas la majoritĂ© du personnel de surveillance de la maison d’arrĂȘt », modĂšre Amid Khallouf dans son enquĂȘte.
L’enquĂȘte pointe Ă©galement du doigt « le mode de fonctionnement diffĂ©rencié » de la prison, considĂ©rĂ© comme Ă©tant un « rĂ©gime discriminatoire ». En fonction de son lieu d’incarcĂ©ration dans l’Ă©tablissement, certains dĂ©tenus ont plus ou moins de droits, notamment en ce qui concerne la participation aux activitĂ©s.
De son cĂŽtĂ©, le syndicat UFAP-UNSA Justice envoie une lourde charge contre l’OIP. « La stratĂ©gie aujourd’hui, c’est de retourner les choses », explique Dominique VerriĂšre, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du syndicat pĂ©nitentiaire Ă  Lyon. Et d’ajouter qu' »il faut arrĂȘter un peu le cirque ».
L’homme ne mĂąche pas ses mots, quand il en vient Ă  l’OIP. « L’OIP se fait surtout le porte-parole des plus casses-couilles » explose-t-il, visiblement exaspĂ©rĂ© par les mĂ©thodes de l’Observatoire. « Rien n’est tout blanc, rien n’est tout noir. À un moment il faut bien se poser les bonnes questions » ajoute-t-il.
Dominique VerriĂšre ne nie pas les violences. Ce qui le met en rage, c’est l’Ă©cho que peuvent trouver certains actes isolĂ©s, au travers des mĂ©dias ou de l’OIP, jugĂ©s partiaux. « Il faut arrĂȘter de regarder par le petit bout de la lorgnette, selon lui. Ceux [les dĂ©tenus] qui veulent faire leur peine tranquillement, c’est pas les surveillants leur plus grand problĂšme (
). Certains subissent des violences de leurs codĂ©tenus et ça, je l’entends jamais de la part de l’OIP ».
L’attaque est lancĂ©e : l’OIP manquerait d’objectivitĂ©. Et pour Ă©tayer son propos, Dominique VerriĂšre avance que la « la majoritĂ© des membres de l’OIP sont d’anciens dĂ©tenus ». Et la consĂ©quence de ce manque d’objectivitĂ© supposĂ© est la dĂ©valorisation du difficile travail des surveillants. « Quand on voit ce qu’on essaie de mettre en Ɠuvre pour les protĂ©ger entre eux, on peut avoir un petit sentiment d’injustice », dĂ©plore Dominique VerriĂšre.

Sur les violences des surveillants, le syndicaliste assure qu’il est rare de voir des dĂ©tenus revenir avec des certificats mĂ©dicaux, alors que lui « a de trĂšs nombreux collĂšgues qui vont rĂ©guliĂšrement aux urgences ». Enfin, sur la question du fonctionnement diffĂ©renciĂ©, Dominique VerriĂšre balaye la critique d’un revers de la main. Il rappelle qu’il s’agit d’une volontĂ© du ministĂšre de la Justice, destinĂ©e Ă  « garantir le principe d’individualisation de la peine tout en assurant le respect de la rĂšgle de droit et la sĂ©curitĂ© des personnes. »
On sait que les relations entre l’administration pĂ©nitentiaire, les dĂ©tenus, l’OIP, les surveillants et mĂȘme l’opinion publique sont souvent compliquĂ©es. En France, la situation carcĂ©rale demeure, quoiqu’il en soit, particuliĂšrement tendue. Et ces prises de positions respectives pourraient venir ajouter de l’huile sur le feu.
Lyon mag

2 Commentaires

  1. Il n’y a vraiment que le manque de discernement d’un syndicaliste pour suggĂ©rer qu’il est aussi simple pour un dĂ©tenu d’obtenir un certificat mĂ©dical Ă  la suite de violences perpĂ©trĂ©es par un surveillant que pour un surveillant d’aller aux urgences du fait de l’agression d’un dĂ©tenu.

  2. Pauvres dĂ©tenus ! Pardon usagers contraint du service public pĂ©nitentiaire ! Ils sont mĂ©contents de leur conditions de dĂ©tention, fallait rĂ©flĂ©chir avant ! Et encore, ils sont bien chanceux, d’avoir une hiĂ©rarchie qui est prĂȘte Ă  satisfaire leur moindre caprice, sans quoi c’est l’agression ou la prise d’otage assurĂ© ! heureusement qu’ils ont l’OIP afin de prĂȘter une oreille attentive Ă  leur moindre problĂšme. C’est bien connu, tous les matons sont des tortionnaires et les gentils dĂ©tenus des victimes qui se pavanent sur Facebook ou YouTube du fond de leur cellule, en fumant de gros joints !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.