đŸ‡«đŸ‡·Affaire GrĂ©gory : Murielle Bolle entame une grĂšve de la faim en prison

âŹ‡ïž SOUTENIR LES FORCES DE L’ORDRE âŹ‡ïž

Murielle Bolle, qui avait 15 ans au moment de la mort de GrĂ©gory Villemin, est en dĂ©tention provisoire Ă  la maison d’arrĂȘt de Dijon depuis le 29 juin. D’aprĂšs son avocat dijonnais Christophe Ballorin, elle a commencĂ© ce jeudi midi une grĂšve de la faim, « à la fois pour clamer son innocence et pour dĂ©noncer ses conditions de dĂ©tention ».
Dans cette affaire, Murielle Bolle est mise en examen pour enlĂšvement suivi de la mort. À l’Ă©poque des faits, en 1984, elle avait d’abord racontĂ© aux gendarmes qu’elle Ă©tait dans la voiture de Bernard Laroche quand il aurait enlevĂ© le petit garçon. Mais quelques jours plus tard, elle est revenue sur ses dĂ©clarations, et n’a jamais changĂ© de discours depuis. Il y a 32 ans, des tĂ©moins avaient racontĂ© avoir entendu Murielle se faire passer Ă  tabac par sa famille aprĂšs sa garde Ă  vue. Une version des faits rĂ©affirmĂ©e ces jours-ci par un cousin germain, mais contestĂ©e par les avocats de Murielle Bolle qui attendent une confrontation avec ce fameux cousin.

En attendant, Murielle Bolle est en prison. La libertĂ© sous contrĂŽle judiciaire n’a pas Ă©tĂ© acceptĂ©e, au motif que le domicile que lui avaient trouvĂ© ses avocats Ă©tait chez un membre de sa famille. Et la prĂ©sidente de la chambre d’instruction veut Ă  tout prix Ă©viter les concertations. Mais d’aprĂšs Christophe Ballorin, sa dĂ©tention ne se passe pas bien : « on a dĂ» la mettre Ă  l’isolement pour la protĂ©ger, elle ne peut pas sortir de sa cellule, elle ne peut pas aller en promenade, elle ne peut pas sortir tranquillement pour aller Ă  la douche sans ĂȘtre insultĂ©e et menacĂ©e de mort. »
Pour faire une nouvelle demande de libĂ©ration sous contrĂŽle judiciaire, les avocats de Murielle Bolle doivent lui trouver un nouvel hĂ©bergement susceptible d’ĂȘtre validĂ© par la Cour. Christophe Ballorin « lance un appel Ă  un diocĂšse, une congrĂ©gation, une association sĂ©rieuse prĂšs de Dijon qui pourrait accueillir Murielle Bolle. Je crains pour sa vie, elle m’a indiquĂ© qu’elle avait des pensĂ©es suicidaires.
Murielle Bolle ne peut pas recevoir de visites de sa famille ou de ses enfants. « TrĂšs clairement, on veut la mettre sous pression. Murielle Bolle pour l’accusation, c’est une piĂšce de puzzle, un chaĂźnon manquant entre Bernard Laroche et les Ă©poux Jacob. C’est une technique ignoble, on la met sous pression pour la faire parler ».
France bleu

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.