đŸ‡«đŸ‡·Porcheville: Un surveillant agressĂ© par un dĂ©tenu mineur

L’agression d’un surveillant Ă  l’établissement pĂ©nitentiaire pour mineurs (EPM) de Porcheville provoque la colĂšre du syndicat Force ouvriĂšre. Dans un tract, il dĂ©nonce un « dĂ©ferlement de violence » survenu en marge d’un repas. L’agent touchĂ©, qui a dĂ©posĂ© plainte, s’est vu dĂ©livrer trois jours d’incapacitĂ© par un mĂ©decin.
Les faits se sont dĂ©roulĂ©s Ă  la cantine. Le 28 juin dernier, vers 12 h 30, un adolescent incarcĂ©rĂ© Ă  l’EPM, mĂ©content de la portion dans son assiette, est allĂ© se resservir « Ă  pleine main », selon Samuel Messadia, dĂ©lĂ©guĂ© FO. « Il a transgressĂ© le rĂšglement, explique-t-il. Donc on l’a renvoyĂ© en cellule pour manger seul. »
Coups de poing et coups de pied
Un surveillant l’a accompagnĂ© jusqu’à sa geĂŽle, c’est lĂ  que la situation a dĂ©gĂ©nĂ©rĂ©. L’adolescent, incarcĂ©rĂ© pour des faits de violences selon nos informations, aurait donnĂ© un coup de pied dans la porte faisant chuter son accompagnateur. Une fois au sol, le jeune homme se serait acharnĂ© sur lui. « Il a d’abord reçu des coups de pied, puis le dĂ©tenu s’est mis Ă  califourchon sur lui pour le frapper avec ses poings au visage », dĂ©crit le syndicaliste.

Le rĂ©calcitrant a finalement Ă©tĂ© maĂźtrisĂ© par des renforts. « Cet adolescent rencontre des problĂšmes psychologiques trĂšs lourd, comme de plus en plus de mineurs incarcĂ©rĂ©s Ă  Porcheville, poursuit Samuel Messadia. Nous ne sommes pas formĂ©s Ă  gĂ©rer ces comportements. L’EPM a une vocation Ă©ducative et non sĂ©curitaire. Il n’est pas adaptĂ© pour accueillir ce type de profil. »
L’agresseur prĂ©sumĂ© a Ă©tĂ© sanctionnĂ© par un placement au quartier disciplinaire (QD). « À sa sortie du QD, nous demandons son transfert vers un Ă©tablissement adaptĂ© », abonde le syndicaliste. Un interlocuteur au commissariat de Mantes-la-Jolie confirme qu’une plainte a Ă©tĂ© dĂ©posĂ©e et que l’enquĂȘte suit son cours.
78 Actu