🇫🇷Nanterre : Grand Corps Malade projette son film aux détenus

La rencontre a eu lieu presque en catimini, tant l’administration pĂ©nitentiaire semble rĂ©ticente Ă  ce genre d’initiative. Ă€ la mi-juin, une cinquantaine de dĂ©tenus de la prison de Nanterre (Hauts-de-Seine) ont pu assister Ă  la projection du film Patients, sorti sur les Ă©crans en mars dernier et inspirĂ© de la vie de Grand Corps Malade, qui a Ă©tĂ© un temps tĂ©traplĂ©gique après un accident.
Une « intrusion » dans un univers clos rendue possible grâce Ă  deux anciens dĂ©tenus, Mohamed Amimer et Mouloud Mansouri. LibĂ©rĂ©s il y a plusieurs annĂ©es après avoir purgĂ© de longues peines, les deux hommes Ĺ“uvrent dĂ©sormais derrière les barreaux pour montrer qu’il existe une vie après la prison.

« Les gars Ă©taient super attentifs, confie Grand Corps Malade, de son vrai nom Fabien Marsaud. On a senti qu’ils avaient bien pris le film. Après la projection, certains d’entre eux ont exprimĂ© l’idĂ©e que, finalement, ils n’Ă©taient pas Ă  plaindre. Ils ont pris du recul par rapport Ă  leur incarcĂ©ration. »

« L’idĂ©e Ă©tait de montrer qu’il existe des similitudes entre le monde hospitalier et le milieu carcĂ©ral, ajoute l’ex-braqueur Mohamed Amimer. On voulait les aider Ă  relativiser leur condition d’enfermement. Beaucoup d’entre eux ont finalement expliquĂ© qu’ils prĂ©fĂ©raient ĂŞtre incarcĂ©rĂ©s qu’ĂŞtre handicapĂ©s. Nous avons mis en place cette projection, comme beaucoup d’autres initiatives menĂ©es en prison depuis plusieurs annĂ©es, pour montrer qu’on n’oubliait pas ceux qui sont Ă  l’intĂ©rieur et qu’on continue Ă  s’investir pour eux. »
« Les dĂ©tenus sont hyper demandeurs, estime encore Grand Corps Malade, accompagnĂ© par l’un des acteurs de son film, Moussa Mansaly, et l’un des producteurs, Jean-Rachid Kallouche. Le simple fait de cĂ´toyer des gens de l’extĂ©rieur, ça casse leur routine et c’est dĂ©jĂ  ça de pris. »
De son cĂ´tĂ©, Mohamed Amimer nourrit dĂ©jĂ  l’ambition de renouveler l’expĂ©rience dans d’autres prisons. « Il faut que l’on puisse continuer Ă  aller vers les dĂ©tenus pour leur montrer aussi que l’on peut faire des choses bien une fois dehors », conclut-il.
Le point

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.