🇫🇷 Isère : Trois ans de prison ferme pour le détenu en semi-liberté qui a tiré à la kalachnikov

Voir l’article !

Début juin, à Villefontaine, devant son snack, un détenu en semi-liberté avait tiré à plusieurs reprises à la kalachnikov. Jugé ce lundi à Vienne( Isère), il a écopé de trois ans de prison ferme.

Dans la nuit du 8 au 9 juin, devant le snack qu’il dirige Ă  Villefontaine (38), ce dĂ©tenu en semi-libertĂ© avait tirĂ© Ă  plusieurs reprises Ă  la kalachnikov. Avant ça, avait dĂ©marrĂ© une bagarre avec trois autres hommes. L’un d’eux, beau-frère du dĂ©tenu, avait Ă©tĂ© lĂ©gèrement blessĂ© par un Ă©clat de balle au niveau du ventre. Il a bĂ©nĂ©ficiĂ© de cinq jours d’ITT, interruption temporaire de travail. Le tireur Ă©tait ensuite rentrĂ© de lui-mĂŞme Ă  la prison de Saint-Quentin-Fallavier, oĂą il purgeait une peine pour des violences conjugales.

Ce lundi, le garçon 25 ans Ă  la fin de l’annĂ©e, Ă©tait jugĂ© par le tribunal correctionnel de Vienne pour violences volontaires avec arme ainsi que port illĂ©gal d’arme et munitions de guerre. Ă€ la barre, seul lui est prĂ©sent. Les trois autres hommes avec qui il s’est violemment disputĂ© n’Ă©taient pas prĂ©sents. Celui qui a Ă©tĂ© blessĂ© par un Ă©clat de balle au niveau du ventre – son beau frère, le mari de sa sĹ“ur – s’est « mis au vert » prĂ©cise la prĂ©sidente et il a finalement dĂ©cidĂ© de retirer sa constitution de partie civile.

Huit impacts de tirs de kalachnikov

Qui est Ă  l’origine de la rixe ? Y a-t-il eu des menaces avec un couteau d’un cĂ´tĂ© ou de l’autre ? On ne le saura pas avec certitude. « Il y a une certaine forme d’omerta oĂą personne ne voit », prĂ©cise la procureur. Pour elle, cependant, « rien ne justifie une telle dĂ©bauche de violence« . Le soir des faits, après la bagarre, le prĂ©venu, qui bĂ©nĂ©ficie d’un rĂ©gime de semi-libertĂ© pour tenir son restaurant de Villefontaine, retourne dans son snack et en ressort avec une kalachnikov. C’est une connaissance dont il prĂ©fère taire l’identitĂ© qui lui a confiĂ© l’arme. Au total, il y aura huit impacts Ă  hauteur d’homme sur deux bâtiments. Le prĂ©venu parle de coups non maĂ®trisĂ©s, qu’il a demandĂ© – en vain – au groupe d’hommes de partir. Pour lui, ces derniers « étaient venus pour en dĂ©coudre. »

13e condamnation pour le prévenu

L’un de ses avocats affirme que son client a plus peur qu’il ne le dit. Il Ă©voque le fondamentalisme du beau-frère, dont la famille serait impliquĂ©e dans des faits de terrorisme. S’appuyant sur la jurisprudence et diffĂ©rents Ă©lĂ©ments du dossier, la dĂ©fense rĂ©clame une peine qui ne dĂ©passe pas trois ans. Le tribunal l’entend et prononce trois ans ferme. C’est donc deux fois moins que ce qu’a requis le ministère public. Mais pour le prĂ©venu, qui a affirmĂ© s’ĂŞtre assagi au fil du temps, il s’agit lĂ  de sa treizième condamnation.

France bleu

 

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.