🇫🇷 Prisons : comment évaluer la radicalisation

Hier, Nicole Belloubet, la nouvelle garde des Sceaux, a jugĂ© que le rĂ´le en prison des «quartiers d’Ă©valuation de la radicalisation» (QER) Ă©tait «pertinent».
Ces quartiers sont destinĂ©s Ă  mesurer le degrĂ© de radicalisation et la dangerositĂ© d’un dĂ©tenu, avant qu’il ne soit affectĂ© dans un lieu de dĂ©tention.
La ministre s’est exprimĂ©e après une visite Ă  la maison d’arrĂŞt du Val d’Oise, Ă  Osny. Ce centre pĂ©nitentiaire a accueilli le premier quartier d’Ă©valuations, instaurĂ© dans les prisons françaises après la suppression des unitĂ©s dĂ©diĂ©es Ă  la «dĂ©radicalisation», fortement critiquĂ©.
La ministre a reconnu «qu’il y a eu beaucoup de contestation sur le traitement de la radicalisation» et a affirmĂ© ĂŞtre incertaine sur la solution miracle. «Mais ce que j’ai vu ici me semble assez pertinent» a-t-elle ajoutĂ© après la visite de ce quartier d’Ă©valuation. Le centre compte actuellement 13 dĂ©tenus pour 23 cellules rĂ©servĂ©es. Il s’agissait du second dĂ©placement officiel de la nouvelle garde des Sceaux.
La question du suivi : une thématique «primordiale»
Elle a saluĂ© dans ces quartiers d’Ă©valuation «l’Ă©valuation extrĂŞmement prĂ©cise des situations de la personne qui est dĂ©tenue et qui permet, dans un dĂ©lai très limitĂ© de quatre mois, de dĂ©finir un parcours pour sa peine, ou ce que sera sa peine». Après Ă©valuation, «la personne est affectĂ©e plus dĂ©finitivement dans un autre lieu oĂą elle ne sera pas nĂ©cessairement placĂ©e Ă  l’isolement» a expliquĂ© Nicole Belloubet.

Reste ensuite la question du suivi, une thĂ©matique «primordiale» pour la ministre, qui a pointĂ© le rĂ´le particulier des conseillers pĂ©nitentiaire d’insertion et de probation (CPIP).
En septembre 2016, Bilal Taghi, l’un des dĂ©tenus de l’ancienne unitĂ© dĂ©diĂ©e d’Osny, avait tentĂ© de tuer un surveillant avec un couteau artisanal aux cris d’Allah Akbar», signant ainsi la première action jihadiste en prison.
Depuis cette tentative de meurtre, les opposants aux unitĂ©s dĂ©diĂ©es avaient dĂ©noncĂ© la concentration d’islamistes radicaux dans un mĂŞme lieu.
Ă€ Osny, pour cause d’effectif manquants et de surpopulation carcĂ©rale, les 15 conseillers s’occupent des 97 dĂ©tenus. Dans une configuration normale dĂ©finie dans la loi pĂ©nitentiaire, il devrait y avoir que 60 dĂ©tenus.
À ce jour, seul trois des six QER prévus dans les prisons françaises ont ouvert : à Fleury-Mérogis, Osny et Fresnes.
La depeche

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.