D’aprĂšs Het Nieuwsblad, les cĂąbles tĂ©lĂ©phoniques sont en train d’ĂȘtre installĂ©s dans les prisons en Belgique. D’ici le mois de novembre, le rĂ©seau sera Ă©tendu dans tous les Ă©tablissements pĂ©nitentiaires belges.
Moins de boulot pour les agents pénitentiaires

« TĂ©lĂ©phoner depuis la cellule doit augmenter la sĂ©curitĂ© en prison », a dĂ©clarĂ© Kathleen Van de Vijver, porte-parole de l’administration pĂ©nitentiaire. ConcrĂštement, chaque dĂ©tenu bĂ©nĂ©ficiera de son propre appareil tĂ©lĂ©phonique dans sa cellule. Ce qui veut dire que les agents pĂ©nitentiaires ne devront plus accompagner les prisonniers pour leur permettre de passer un coup de fil.

« Le dĂ©tenu pourra appeler la personne de son choix quand il le dĂ©sire », ajoute Kathleen Van de Vijver. « Quelqu’un qui n’arrive pas Ă  joindre par tĂ©lĂ©phone ses enfants quand ils rentrent de l’Ă©cole est frustrĂ©. Avec ce dispositif, cela n’arrivera plus. »
Blacklist
Petites prĂ©cisions: les dĂ©tenus ne pourront pas recevoir d’appels. Une blacklist avec des numĂ©ros interdits (les services de police, le palais royal ou les politiciens) sera Ă©galement dressĂ©e.

« Certains dĂ©tenus ne pourront appeler que leurs avocats. Seul un juge pourra Ă©couter ces appels », souligne la porte-parole de l’administration pĂ©nitentiaire.
7sur7

Abonnez-vous Ă  ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner Ă  ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.