🇫🇷 « Vive Merah », écrit le détenu dans sa cellule

«Vive Merah. Le message est tout de même très clair ! », martèle le procureur.
De l’autre côté de la barre, Alain M., 47 ans, est jugé en comparution immédiate par le tribunal correctionnel du Havre pour six délits le 7 juillet. Notamment pour « apologie publique d’un acte de terrorisme ». Le détenu, originaire de Mazamet (Tarn), est dans la dénégation. À son casier judiciaire, s’entassent des condamnations qui sont essentiellement relatives à des outrages. Cela lui vaut une incarcération.
D’abord au centre pénitentiaire d’Annoueullin. Dans le Nord, le 11 juillet 2016, il promet à une surveillante qu’il va acheter un fusil. « Et dès que je sors, sur le Coran, je vais baiser vos mères et vos races. » L’homme n’a pas apprécié d’être « placé en quartier disciplinaire en plein ramadan ».
Par la suite, Alain M. est transféré à Rouen. « Mais ça ne s’est pas bien passé », admet le prévenu.
Il arrive ainsi au centre pénitentiaire de Saint-Aubin-Routot. Le 21 avril dernier, au lendemain de l’attentat sur les Champs-Élysées, il lance devant témoins : « J’espère qu’ils continueront et qu’il y en aura d’autres ».
Une personnalité prépsychotique
Sur les murs de sa cellule, Alain M. a écrit « Vive Merah », « Djihad ». Mais il promet que « ça n’a rien à voir avec les attentats ». Il a sa version.
On le dénoncerait parce qu’on lui en voudrait. « Je ne sors plus de ma cellule. Je suis dans ma bulle. On me menace. » Une surveillante l’accuse. « Sale pute, entre dans ma cellule et déshabille-toi », prononce le détenu qui veut « baiser » et « égorger » la femme. Le 3 mai, il dérape encore. « Je vais vous buter, comme mes frères musulmans. » Alain M. s’en prend au passage à une vitre et à l’interphone de sa cellule. Il n’avoue que les dégradations. « J’étais énervé. »
Selon les surveillants pénitentiaires, le détenu a « des comportements particuliers ». L’expert-psychiatre a retenu une personnalité prépsychotique. « C’est-à-dire qu’il y a des moments où vous n’êtes pas dans la réalité », précise la présidente.
Au fil de la procédure, Alain a évoqué un frère assassiné, avoir un temps vécu dans la rue, avoir traversé l’Europe à VTT. « C’est une personne en grande souffrance », résume son avocate, Me Valérie Lebon-Kergaravat en reprenant ainsi des mots de l’expert.
Reconnu coupable de l’ensemble des délits reprochés, le prévenu est condamné six mois de prison ferme supplémentaires. Les juges y ajoutent un suivi sociojudiciaire de trois ans avec une obligation de suivre des soins. Alain M. ne bronche pas.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Douai: Un dĂ©tenu retrouvĂ© mort ce matin Ă  la prison

Paris normandie

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.