🇫🇷 Moulins-Yzeure, les portes des cellules restent ouvertes sur un étage

Treize dĂ©tenus vivent avec la porte de leur cellule ouverte Ă  la prison de Moulins-Yzeure (Allier). Ce n’est pas une fleur de la PĂ©nitentiaire. En Ă©change d’une dĂ©tention « plus souple », les prisonniers doivent respecter des engagements. Objectif : faire baisser la violence et favoriser la rĂ©insertion.C’est un Ă©tage Ă  part dans la maison d’arrĂŞt. Un Ă©tage, sur l’aile gauche, oĂą depuis le 6 juin dernier, les dĂ©tenus naviguent Ă  leur guise dans le couloir. La porte de leur cellule est ouverte.
Un contrat passé avec le détenu

Ils sont treize dĂ©tenus – sur la cent cinquantaine que compte la maison d’arrĂŞt de Moulins\Yzeure – Ă  circuler librement sur la coursive. Certains discutent, d’autres jouent aux dames dans une pièce au fond du couloir, Ă  cĂ´tĂ© des douches et de la petite salle de musculation qui, contrairement au rĂ©gime portes fermĂ©es, sont en accès libre.
Ouvrir les portes des cellules, ce n’est pas une fleur faite par la prison de Moulins-Yzeure aux dĂ©tenus. Mais c’est un mode de gestion expĂ©rimentĂ© en 2015 Ă  Mont-de-Marsan (Landes) qui se dĂ©ploie peu Ă  peu dans les prisons françaises. BaptisĂ© « module de respect » ou « rĂ©gime d’autonomie », il repose sur un contrat passĂ© avec le dĂ©tenu : « Il signe un acte d’engagement », explique JĂ©rĂ´me Chareyron, directeur de la maison d’arrĂŞt.

« Selon les personnes, le dĂ©tenu s’engage Ă  faire son lit, Ă  garder sa cellule propre, Ă  se lever le matin, Ă  participer Ă  des activitĂ©s (scolaires, ludiques, travail) et aux comitĂ©s mis en place (hygiène, gestion de conflit..), Ă  rechercher un emploi ou Ă  entrer dans un dispositif de formation, etc. Il faut que la personne dĂ©tenue soit impliquĂ©e, qu’elle forme une Ă©quipe dans un milieu oĂą c’est souvent chacun pour sa pomme. L’objectif est de prĂ©parer la sortie ».
Autrement dit, faire en sorte que la personne qui sort de prison puisse continuer Ă  l’extĂ©rieur le projet amorcĂ© Ă  l’intĂ©rieur. « Avec ce mode de gestion en autonomie, on arrive Ă  mettre du sens dans la peine », ajoute Christine Rodriguez, directrice-adjointe du service pĂ©nitentiaire d’insertion et de probation (Spip) chargĂ© de la rĂ©insertion des prisonniers. « En les accompagnant, on Ă©vite les sorties sèches sources de rĂ©cidive ».

Faire baisser la violence en prison

Ce « rĂ©gime d’autonomie » doit aussi contribuer Ă  faire baisser la violence en prison, limiter les conflits entre dĂ©tenus, diminuer les agressions sur les surveillants. On manque encore de recul Ă  Moulins-Yzeure mais, Harouna, surveillant, constate « un climat plus apaisĂ© » sur la coursive. « On le ressent vraiment. Il y a moins d’accrochage avec nous ».
L’Ă©tage consacrĂ© Ă  ce nouveau mode de gestion de la dĂ©tention peut accueillir jusqu’Ă  dix-sept dĂ©tenus. Ils sont sĂ©lectionnĂ©s par une commission oĂą l’avis des surveillants compte. Il n’est pas forcĂ©ment requis d’ĂŞtre un bon Ă©lève de la dĂ©tention pour passer au rĂ©gime autonomie : « On laisse Ă  chacun sa chance », glisse le directeur JĂ©rĂ´me Chareyron. « On n’a pas de recette miracle mais il faut tenter des choses ».

La place Ă  cet Ă©tage n’est pas dĂ©finitivement acquise. Le dĂ©tenu a les cartes entre ses mains. S’il ne joue pas le jeu, qu’il ne respecte pas ses engagements, il repart au rĂ©gime de dĂ©tention « portes fermĂ©es ».

La montagne

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.