🇫🇷 Le Pontet : suite à des violences, un détenu appelle les pompiers depuis sa cellule

L’histoire est incroyable. Yamine, dĂ©tenu au centre pĂ©nitentiaire d’Avignon-Le Pontet, a dĂ» utiliser un tĂ©lĂ©phone portable pour aviser les pompiers et obtenir les soins que nĂ©cessitait son Ă©tat de santĂ©… Cet Avignonnais âgĂ© de 31 ans, dĂ©tenu pour des dĂ©lits routiers, a obtenu le 13 juillet une permission de sortir de 14 heures Ă  19 heures pour se rendre au chevet de son frère, hospitalisĂ© en rĂ©animation au centre hospitalier d’Avignon. Ă€ son retour Ă  la prison, il a Ă©tĂ© trouvĂ© porteur, lors de sa fouille, d’une boulette de rĂ©sine de cannabis.
L’incident, qui n’a Ă©tĂ© suivi d’aucun rapport officiel, a par contre donnĂ© lieu Ă  un vĂ©ritable passage Ă  tabac de ce dĂ©tenu, qui aurait Ă©tĂ© rouĂ© de coups par trois surveillants. MalgrĂ© son insistance, aucun soin ne lui a Ă©tĂ© prodiguĂ© et il a Ă©tĂ© conduit manu militari dans sa cellule.

Yamine, qui ne se sentait pas bien, a pu se procurer un tĂ©lĂ©phone portable et a appelĂ© Ă  l’aide l’hĂ´pital et les pompiers, qui n’ont pas manquĂ© de se renseigner auprès de la prison avant de dĂ©pĂŞcher des secours. Yamine a alors Ă©tĂ© conduit dans la salle d’attente de l’infirmerie de la prison, oĂą il a patientĂ© deux heures, « sans surveillance ni secours mĂ©dical ». Finalement, les pompiers ont pu le prendre en charge et le conduire au centre hospitalier, oĂą il a Ă©tĂ© diagnostiquĂ© un hĂ©matome de l’avant-bras, une ecchymose au niveau de l’oreille droite, une contusion costale et un arrachement osseux au niveau de l’Ă©paule, nĂ©cessitant une immobilisation. Il lui a Ă©tĂ© notifiĂ© une ITT de trois jours.
Des violences inacceptables pour son avocat, Me Billet, qui a dĂ©posĂ© plainte auprès du procureur de la RĂ©publique du tribunal de grande instance d’Avignon. L’avocat dĂ©nonce dans sa plainte les menaces dont fait l’objet son client depuis cette agression : « Ces menaces ajoutent Ă  l’indignation, et nous espĂ©rons qu’une enquĂŞte soit instruite le plus rapidement possible ».
La provence

Ă€ Lire :  🇫🇷 Évasion de Redoine FaĂŻd : "Il n'Ă©tait pas dans la bonne prison, on aurait dĂ» le mettre dans une centrale sĂ©curitaire"

2 Commentaires

  1. Une ITT de 3 jours c’est un mois ferme pour l’auteur des violences quand la victime est une dĂ©putĂ©e LREM. J’espère que le tarif sera au moins le mĂŞme pour les surveillants auteurs de ces violences qui discrĂ©ditent la profession tout entière, et que la justice sera aussi prompte que dans l’affaire prĂ©citĂ©e.

  2. Cette affaire lamentable est intĂ©ressante Ă  plus d’un titre:
    1 – L’administration pĂ©nitentiaire n’a pas daignĂ© apporter assistance Ă  un dĂ©tenu pourtant en danger. Que serait-il advenu de ce dĂ©tenu s’il n’avait pu contacter les secours?
    2 – Ce dĂ©tenu n’a pu prĂ©venir les secours que grâce Ă  un tĂ©lĂ©phone portable qui ont au moins cette vertu mĂŞme s’ils sont interdits en dĂ©tention. On peut dire que pour une fois l’incompĂ©tence notoire de l’administration pĂ©nitentiaire Ă  juguler l’introduction de portables en dĂ©tention a Ă©tĂ© utile
    3 – Le portable a aussi permis de rendre publique ces violences perpĂ©trĂ©es par des surveillants qui auraient pu n’être jamais rĂ©vĂ©lĂ©es. Cela laisse Ă  penser que ces violences sont plus frĂ©quentes que l’on ne le pense, ce qui peut expliquer, sans les cautionner, les rĂ©actions violentes de certains dĂ©tenus.
    4 – Comme souvent dans ce type d’affaires, la direction de l’Ă©tablissement, par lĂ©gèretĂ©, incompĂ©tence, sous la pression de ses supĂ©rieurs ou par crainte des reprĂ©sailles du corps des surveillants, n’a pas assumer ses responsabilitĂ©s en soutenant a priori ses personnels dĂ©linquants (France info) alors qu’une plainte est en cours d’instruction et que le dĂ©tenu a obtenu une ITT de 3 jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.