Stéphane Bredin a été nommé directeur de l’administration pénitentiaire, un poste sensible dont il occupait l’intérim depuis la démission en avril de son prédécesseur et alors que la surpopulation carcérale atteint des sommets, a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner.
Le président de la République a « souhaité insister » en Conseil des ministres sur la nomination Stéphane Bredin, 40 ans, pour saluer « l’expérience de cet homme, encore jeune » et pour rappeler « les priorités qu’il avait fixé sur l’enjeu de l’administration pénitentiaire », a indiqué M. Castaner à l’issue du Conseil.
Emmanuel Macron a rappelé que l’accompagnement de ceux qui font « l’un des (métiers) les plus difficiles de notre administration française » était une « priorité ».
Des places supplémentaires en prison en 2018
Il a aussi évoqué « les moyens budgétaires pour tenir les engagements » pris durant la campagne électorale, afin de créer « dès l’année prochaine » des places supplémentaires en prison.
Stéphane Bredin avait pris l’intérim de la direction de l’administration pénitentiaire en avril, après la démission de Philippe Galli à la suite d’un « désaccord » avec Jean-Jacques Urvoas, alors ministre de la Justice.
Stéphane Bredin occupait alors le poste de directeur adjoint de l’administration pénitentiaire.
Mi-juillet, la ministre de la Justice Nicole Belloubet s’est rendue à la maison d’arrêt d’Osny (Val-d’Oise), un établissement assez représentatif du système pénitentiaire actuel, pour prendre le pouls de la réalité carcérale.
Interrogée sur son projet pour les prisons, Mme Belloubbet avait alors rappelé l’engagement du Premier ministre de construire 15 000 nouvelles places de prison.

Ouest france

Vous aimez cet article ? Participez à l'évolution d'actupenit.com avec un don de 1€ !

Abonnez-vous Ă  ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner Ă  ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.