🇫🇷 Fresnes: Insalubrité : les surveillants écrivent à Nicole Belloubet

Depuis plusieurs annĂ©es, l’Ă©tat de la prison de Fresnes se dĂ©grade. Les dernières images et tĂ©moignages sont accablants, et dĂ©noncent notamment l’insalubritĂ© du bâtiment et les conditions d’hĂ©bergement des dĂ©tenus. Ă€ plusieurs reprises, le personnel pĂ©nitentiaire a tentĂ© d’interpeller le gouvernement. 
En mai dernier, l’Observatoire international des prisons a obtenu des mesures d’urgence, notamment pour dĂ©ratiser les cellules. Mais le Conseil d’État vient d’annuler ce plan, prĂ©cisĂ©ment parce qu’il s’agit d’un plan d’urgence, forcĂ©ment insuffisant. Les surveillants sont très inquiets. Le syndicat Force ouvrière PĂ©nitentiaire vient d’Ă©crire une lettre Ă  Nicole Belloubet, la garde des Sceaux.

Cette fois, ce n’est plus une lettre de dolĂ©ances, c’est un appel au secours que lancent les surveillants pĂ©nitentiaires. Premier sujet d’inquiĂ©tude : l’Ă©tat du bâtiment. L’administration multiplie les travaux depuis plus d’un an, mais les coursives sont toujours infestĂ©es de rats et de punaises de lit. Ă€ la maison d’arrĂŞt des hommes, plus de la moitiĂ© des dĂ©tenus sont Ă  trois dans une cellule. 
Un système à bout de souffle
Le quotidien est explosif et les agressions se multiplient : deux en moins d’une semaine ces derniers jours. « Nous sommes Ă  bout de souffle », insiste Erwan Saoudi, du syndicat FO pĂ©nitentiaire. Quand un seul surveillant doit parfois gĂ©rer pas moins de 140 dĂ©tenus. Et d’ajouter : « Quand vous allez le matin avec la boule au ventre et que vous savez que mĂŞme si vous faites le maximum vous ne parviendrez pas Ă  effectuer toutes les tâches de la matinĂ©e. On ne fait mĂŞme plus de l’urgence, on fait n’importe quoi ! »
Fresnes fait partie des prisons qui accueillent des dizaines de dĂ©tenus incarcĂ©rĂ©s pour terrorisme ou repĂ©rĂ©s comme radicalisĂ©s. L’Administration pĂ©nitentiaire a fait du renseignement l’une de ses prioritĂ©s cette annĂ©e, pour repĂ©rer les comportements inquiĂ©tants. Mais lĂ  encore, la rĂ©alitĂ© sur le terrain est toute autre, avec un seul officier chargĂ© de surveiller plus de 2.500 dĂ©tenus.

Ă€ Lire :  🇫🇷 CondĂ©-Sur-Sarthe : Les familles de dĂ©tenus refusent de se faire fouiller et organisent un « Sit-in » aux parloirs de la prison

Rtl

1 Commentaire

  1. J’y Ă©tais en 2004 , 3ème division , il y a toujours eu des rats , et jadis on avait les uniformes avec le pantalon et la chemise , notre hantise s’Ă©tait qu’un rat passe par le bas du pantalon lol , j’en rigole mais Fresnes ce n’est plus comme s’Ă©tait avec toutes ses agressions , mĂŞme au niveau des officiers qui n’ont jamais Ă©tĂ© surveillant , la base , et qui n’y connaissent rien , Ă  part faire des demandes d’explication , bon courage aux stagiaires de Fresnes !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.