L’article paru dans nos colonnes le mardi 1er aoĂ»t relatant l’agression prĂ©sumĂ©e d’un dĂ©tenu par trois surveillants a fait rĂ©agir vivement le syndicat « Force ouvrière » du centre pĂ©nitentiaire d’Avignon-Le Pontet.

Dans une plainte adressĂ©e le 29 juillet par Me Serge Billet au Procureur de la RĂ©publique du TGI d’Avignon il est dĂ©noncĂ© une « grave agression de la part de trois membres du personnel pĂ©nitentiaire entraĂ®nant son hospitalisation » commise le 13 juillet. Il est Ă©galement indiquĂ© que le dĂ©tenu, qui n’a pas bĂ©nĂ©ficiĂ© de soins, a dĂ» appeler lui-mĂŞme les pompiers depuis sa cellule avec un tĂ©lĂ©phone portable !

L' »incident » survenu lors de la fouille et qui serait le point de dĂ©part de l’affaire n’est pas anodin pour David ImpĂ©raire, dĂ©lĂ©guĂ© Force ouvrière. « Ce dĂ©tenu qui rĂ©intĂ©grait la prison après une permission de sortir Ă©tait en possession de 27 grammes de cannabis et d’une cigarette Ă©lectronique ». Lorsque ces objets lui ont Ă©tĂ© confisquĂ©s « il est entrĂ© en furie et il a fallu le maĂ®triser en faisant usage de la force strictement nĂ©cessaire ». Une fois calmĂ© « il s’est excusĂ© et a Ă©tĂ© conduit non pas au quartier disciplinaire mais en cellule ». Selon le dĂ©lĂ©guĂ© syndical « il ne s’est jamais plaint d’un problème de santĂ© et n’a pas demandĂ© de soins ». Il aurait par la suite appelĂ© le Samu et menacĂ© les surveillants en disant avoir prĂ©venu sa famille. 
« Une escorte de gendarmerie a Ă©tĂ© appelĂ©e lors de son transport aux urgences de l’hĂ´pital oĂą il est restĂ© une heure ».

Le Pontet : un détenu appelle les pompiers depuis sa cellule
Dans cette affaire pas moins de « trois comptes rendus d’incidents ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©s et notifiĂ©s au dĂ©tenu qui devra s’en expliquer devant la commission de discipline » poursuit le dĂ©lĂ©guĂ© syndical qui Ă©voque Ă©galement « six comptes rendus professionnels relatant les Ă©vĂ©nements survenus lors de cette soirĂ©e. Il n’y a rien Ă  cacher et aucune violence n’a Ă©tĂ© commise » conclut David ImpĂ©raire pour qui cette affaire tient de la « Fake news » : « une manipulation d’un dĂ©tenu relayĂ©e par la presse pour porter prĂ©judice Ă  la profession de surveillants de prison ». 
Face Ă  cette version Me Billet confirme que son client maintient avoir Ă©tĂ© victime d’un « passage Ă  tabac » et que le certificat mĂ©dical produit au dossier est « éloquent ». « J’ai dĂ©posĂ© plainte pour porter ces Ă©lĂ©ments Ă  la connaissance du Procureur de la RĂ©publique et pour qu’une vĂ©ritable enquĂŞte soit ouverte afin que la lumière soit faite et que l’on sache ce qui s’est rĂ©ellement passĂ©. On est Ă  l’Ă©vidence dans ce dossier au-delĂ  de la violence lĂ©gitime dans le cadre d’une rĂ©bellion ».
Jeudi, le parquet d’Avignon nous a indiquĂ© qu’un rapport d’incident a Ă©tĂ© adressĂ© par les services de la pĂ©nitentiaire au magistrat en charge de la dĂ©tention mais que la plainte dĂ©posĂ©e par l’avocat n’a pas encore Ă©tĂ© enregistrĂ©e. « Dès qu’elle nous parviendra nous saisirons un service enquĂŞteur qui procĂ©dera aux auditions et Ă  tous les actes utiles pour la manifestation de la vĂ©rité » nous a confiĂ© le Procureur de la RĂ©publique Adjoint.

La Provence