🇫🇷 Aiton : le rap carcéral fait le buzz

Deux enquĂŞtes ont Ă©tĂ© ouvertes par la justice afin de dĂ©terminer les conditions de tournage d’un clip de rap en prison qui tourne sur les rĂ©seaux sociaux.

Il s’appelle Bibicraveur. Un rappeur grenoblois de seconde catĂ©gorie, qui pourrait toutefois signer le tube de la fin d’Ă©tĂ©. Au moins en prison.
C’est en effet Ă  Aiton, centre pĂ©nitentiaire situĂ© non loin de ChambĂ©ry (Savoie), que Bibicraveur est incarcĂ©rĂ©. C’est lĂ  aussi qu’il poursuit sa carrière musicale depuis sa cellule, et qu’il vient de tourner le clip de son dernier morceau, « Afrorate ». Sur Internet, la vidĂ©o flirte avec les 300 000 vues. Sur un rythme chaloupĂ©, on y voit une quinzaine de dĂ©tenus osciller en cadence, certains torse nu, d’autres visage dissimulĂ©, tous hilares. En bande-son, Bibicraveur enchaĂ®ne les rimes, parfois approximatives. « DĂ©jĂ  tout petit, je bicravais (NDLR : dealais) mes Lego », scande le Grenoblois, qui avance avoir Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  une peine de plusieurs annĂ©es.
La prison, « on va tous en partir […], y a que les murs et les matons qui restent. » En attendant, le rappeur et ses codĂ©tenus semblent Ă  l’aise dans leur univers. Les sĂ©quences s’enchaĂ®nent : prisonniers charpentĂ©s multipliant les pompes ou tractions, quand d’autres moins sportifs s’entraĂ®nent Ă  la PlayStation ou roulent ce qui ressemble Ă  s’y mĂ©prendre Ă  des joints de cannabis.
« T’as l’impression qu’ils sont Ă  la fĂŞte des voisins, sans pression », commente un internaute sur le site Actu pĂ©nitentiaire. C’est cette page, laquelle agrège comme son nom l’indique l’actualitĂ© du milieu carcĂ©ral, qui a repĂ©rĂ© la première la vidĂ©o mise en ligne ces derniers jours. « On me l’a envoyĂ©e, et j’ai vite identifiĂ© l’Ă©tablissement », raconte Olivier*, son administrateur.
« Malheureusement, je ne suis pas surpris, soupire un surveillant que nous avons pu joindre par ailleurs. On sait qu’il y a beaucoup de portables en prison. Mais ça n’en reste pas moins choquant et dĂ©plorable. Ça illustre le manque de moyens pour empĂŞcher certaines marchandises de rentrer dans les Ă©tablissements. »
Dès le clip connue, le procureur de la RĂ©publique d’Albertville a diligentĂ© une enquĂŞte, confiĂ©e Ă  la gendarmerie. Dans le mĂŞme temps, des investigations internes seront conduites par l’administration pĂ©nitentiaire. « Elles viseront Ă  identifier les dĂ©tenus prĂ©sents Ă  l’image et leur responsabilitĂ©, indiquait hier soir un porte-parole. Ceux qui seront confondus seront traduits en commission de discipline. » Ils risqueront alors jusqu’Ă  quatorze jours de placement en quartier disciplinaire. Quant aux Ă©ventuels possesseurs de tĂ©lĂ©phone qui se feraient prendre, ils encourent cette fois jusqu’Ă  cinq ans de dĂ©tention supplĂ©mentaire.
« Allez, tape des mains, la section sera peut-ĂŞtre fouillĂ©e demain », fanfaronne en musique Bibicraveur. L’avenir proche devrait certainement lui donner raison. D’autant que le rappeur n’en Ă©tait pas Ă  son coup d’essai. Depuis janvier, en atteste sa page Facebook, il avait diffusĂ© et revendiquĂ© plusieurs morceaux « clipĂ©s, enregistrĂ©s et montĂ©s en prison ».
 * Le prĂ©nom a Ă©tĂ© changĂ©.
Le Parisien

Ă€ Lire :  🇫🇷 Porcheville: Un dĂ©tenu agresse deux surveillants de la prison 

1 Commentaire

  1. Pas d’injures, pas de violences, juste une crĂ©ation musicale plutĂ´t techniquement bien faite qui permet aux dĂ©tenus de passer un moment convivial dans un environnement habituellement très tendu. Faut-il que les dĂ©tenus soient en souffrance permanente pour assouvir l’ego des acteurs d’une justice dĂ©faillante et infĂ©odĂ©e au pouvoir politique, plus prompte Ă  juger les faibles que les puissants? En fait, le problème de ce clip est qu’il ait Ă©tĂ© publiĂ© et visionnĂ© par des centaines de milliers de personnes et met donc en exergue la mĂ©diocritĂ© des magistrats et des directeurs d’Ă©tablissements pĂ©nitentiaires et leur incapacitĂ© collective Ă  faire respecter les règles Ă©tablies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.