Quarante surveillants pĂ©nitentiaires de la centrale de Saint-Martin-de-RĂ© ont manifestĂ©, ce lundi matin, devant les portes de la prison après l’agression de trois de leurs collègues par un dĂ©tenu, vendredi dernier.

Un barrage-filtrant Ă©tait en place, ce lundi matin, devant la prison de Saint-Martin-de-RĂ©. A l’appel de trois syndicats, quarante surveillants pĂ©nitentiaires de la centrale ont tenu Ă  se rassembler pour dĂ©noncer l’agression de trois de leurs collègues, vendredi dernier.
Ce jour-lĂ , les trois agents sont appelĂ©s aux alentours de 17 heures pour une intervention dans une cellule du quartier de la Citadelle : un dĂ©tenu agitĂ© est signalĂ©. MalgrĂ© leur tenue de sĂ©curitĂ©, le prisionnier arrive Ă  blesser deux matons Ă  l’aide d’une lame. L’homme aurait aiguisĂ© le couteau, autorisĂ© en cellule.

Une dizaine d’agressions cette annĂ©e.

L’un touchĂ© Ă  la gorge et l’autre Ă  la jambe, les surveillants sont hospitalisĂ©s en urgence et s’en tirent avec quelques points de suture. Un fait-divers banal dans les couloirs de la prison, accueillant des dĂ©tenus aux longues peines. Une dizaine d’agressions similaires a eu lieu depuis le dĂ©but de l’annĂ©e.
Les syndicats pĂ©nitentiaires (FO, Ufap et SPS) dĂ©noncent la passivitĂ© des pouvoirs publics. Selon eux, de nombreux dĂ©tenus relèvent des services psychiatriques et mettent en danger la vie des surveillants. Cela serait le cas de l’agresseur de vendredi, dĂ©jĂ  signalĂ© pour son comportement violent, d’après les organisations syndicales.
France 3

Abonnez-vous Ă  ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner Ă  ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.