La série noire continue. Ce mercredi après-midi, vers 16 heures, un détenu de la maison d’arrêt du Val-d’Oise (MAVO), à Osny, a mis le feu à sa cellule. Ayant inhalé beaucoup de fumée, l’homme a été transporté à l’hôpital Saint-Louis à Paris dans un état grave, présentant des brûlures sérieuses «notamment au bras» précise Jérôme Nobécourt, secrétaire interrégional de FO pénitentiaire. «Il toussait beaucoup, précise-t-il. Les surveillants ont dû s’équiper pour l’extraire de sa cellule.» Selon les pompiers, la victime n’était pas dans un état critique lorsqu’elle a été évacuée. Mais d’après la police, son pronostic vital était engagé ce mercredi soir.
Le détenu qui était incarcéré dans le quartier disciplinaire présente «un profil psychologique compliqué», selon Jérôme Nobécourt. Pour l’instant, les raisons qui l’ont poussé à agir sont encore inconnues, tout comme les moyens dont il disposait pour déclencher un incendie. «Une enquête va certainement être ouverte pour déterminer comment et pourquoi il a pu mettre le feu depuis l’intérieur de sa cellule», appuie la police. Cet événement grave survient au lendemain de l’agression d’un élève gardien. Mardi matin, le surveillant avait été pris en otage brièvement et menacé par un détenu qui avait confectionné deux armes blanches artisanales. La victime sous le choc est en arrêt jusqu’au 22 août.
Le parisien

Abonnez-vous Ă  ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner Ă  ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.