🇫🇷 17 000 détenus en France « présentent des troubles et maladies psychiatriques »

Environ 17 000 détenus, sur près de 70 000 personnes incarcérées en France, « relèveraient de l’hospitalisation et non pas de la détention ». C’est le constat sans appel que fait François Bès, coordinateur de l’Observatoire international des prisons : « plus d’un gros quart des détenus présentent des troubles et des maladies psychiatriques graves. »
Et ce chiffre est en constante augmentation car « le nombre de personnes déclarées irresponsable a été divisé par dix en vingt ans, précise François Bès. D’où l’engorgement des prisons avec des personnes qui sont malades psy. » La présence de médecins en prison expliquerait en partie ce phénomène des deux dernières décennies selon Cyrille Canetti, psychiatre qui travaille depuis plus de vingt ans en milieu carcéral : « l’organisation des soins en prison a fait en sorte qu’on se dise qu’on peut les y mettre puisqu’il y a des soignants » dit-il.
Aucune étude réalisée depuis 2004
Le psychiatre ajoute Ă©galement avoir rencontrĂ© au cours de sa carrière, des magistrats recommandant le maintien en prison de certains dĂ©tenus en raison de sa prĂ©sence. « C’est une hĂ©rĂ©sie, regrette-t-il. Jamais une prison ne peut ĂŞtre un lieu de soins. Jamais les murs de la prison ne peuvent se substituer aux murs de l’hĂ´pital. » En 2016, l’ONG Human Rights Watch avait dĂ©noncĂ© la « double peine » infligĂ©e aux personnes incarcĂ©rĂ©es et souffrant de troubles psychiques.
Depuis 2004, aucune Ă©tude prĂ©cise sur la santĂ© des dĂ©tenus n’a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e en France. Un rapport publiĂ© fin juillet par la ContrĂ´leuse gĂ©nĂ©rale des prisons, Adeline Hazan, pointe du doigt la maison d’arrĂŞt de Château-Thierry. Ce centre pĂ©nitentiaire pour personnes « inadaptĂ©es Ă  la dĂ©tention ordinaire » est accusĂ©e d’accueillir les dĂ©tenus dans des conditions indignes, avec des injections forcĂ©es, un exercice de la psychiatrie « plus coercitif que soignant » ou encore cellules jonchĂ©es d’ordures…
Un problème global
La question de la santĂ© mentale en milieu carcĂ©ral toucherait donc tout le milieu pĂ©nitentiaire français. Mais pas seulement, puisque le problème se poserait Ă©galement, selon une source proche du dossier, pour une partie des 90 000 personnes condamnĂ©es Ă  la prison en attente de l’exĂ©cution de leur peine. Ă€ noter qu’un dĂ©tenu coĂ»te Ă  l’Etat environ 100 euros par jour, soit quatre Ă  cinq fois moins que dans un Ă©tablissement spĂ©cialisĂ©. Quant Ă  la surpopulation carcĂ©rale, elle atteignait des sommets lors du dernier bilan le 1er mars 2017 : la France comptait alors 69 430 dĂ©tenus pour 59 664 places, soit un taux d’occupation de 118 % (140 % en maisons d’arrĂŞt). 15 000 nouvelles places de prison devrait ĂŞtre crĂ©Ă©es Ă  l’horizon 2025.
France Inter

Ă€ Lire :  🇫🇷 Borgo : Trois dĂ©tenus traversent la Corse Ă  vĂ©lo

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.