Le dĂ©tenu qui a agressĂ© mardi un surveillant de la maison d’arrĂŞt d’Osny (Val d’Oise) avec une arme artisanale doit ĂŞtre transfĂ©rĂ© jeudi au tribunal de Pontoise en vue d’une mise en examen pour « tentative d’assassinat », a annoncĂ© une source judiciaire.
Ouverture d’une information judiciaire. Le dĂ©tenu, âgĂ© de 23 ans, sera prĂ©sentĂ© dans la matinĂ©e au parquet de Pontoise qui doit ouvrir une information judiciaire pour « tentative d’assassinat sur personne dĂ©positaire de l’autoritĂ© publique, tentative d’Ă©vasion avec arme et port d’armes prohibĂ©es », a prĂ©cisĂ© cette source.
Une tentative d’Ă©vasion. Mardi vers 7h30, lors d’un contrĂ´le de cellule, le dĂ©tenu a « sauté » sur un Ă©lève surveillant « avec une arme artisanale » et l’a « menacĂ© pour essayer de sortir », avait rapportĂ© l’administration pĂ©nitentiaire. Le surveillant a rĂ©ussi Ă  se dĂ©gager sans ĂŞtre blessĂ©. Selon la source judiciaire, le dĂ©tenu s’Ă©tait rendu « sans rĂ©sistance » après l’intervention des Eris (Équipes rĂ©gionales d’intervention et de sĂ©curitĂ©), chargĂ©s d’intervenir en milieu pĂ©nitentiaire.
Des motivations floues. Lors de sa garde Ă  vue, il a dans un premier temps expliquĂ© avoir ainsi agi car il avait Ă©tĂ© victime de « vols de ‘cantines' » et « qu’il voulait changer de prison », a dit cette source. Il a ensuite indiquĂ© « ‘avoir voulu tuer un surveillant, pour mieux comprendre pourquoi il se trouvait en prison’, et avoir mĂ»ri ce projet, le temps de confectionner » deux armes artisanales retrouvĂ©es dans sa cellule, a poursuivi la source. « Faute de spĂ©cialiste disponible en cette pĂ©riode, il n’a pu faire l’objet d’un examen psychiatrique dans le temps de sa garde Ă  vue », a-t-elle soulignĂ©.
Une condamnation confirmĂ©e en juillet. Le dĂ©tenu, « sans profession » et ayant de « multiples » antĂ©cĂ©dents judiciaires, Ă©tait incarcĂ©rĂ© Ă  Osny depuis le 13 mars, après une condamnation Ă  quatre ans de prison pour « extorsions et vol aggravĂ©s en rĂ©cidive », a prĂ©cisĂ© cette source. Sa condamnation venait d’ĂŞtre confirmĂ©e en appel le 18 juillet, a-t-elle ajoutĂ©.
DĂ©jĂ  une agression en septembre. Osny avait Ă©tĂ© le théâtre d’une agression de surveillants en septembre 2016, quand un dĂ©tenu radicalisĂ©, aux cris d' »Allah Akbar », avait blessĂ© deux d’entre eux Ă  l’aide d’un couteau artisanal fabriquĂ© dans une pièce en mĂ©tal de 15 centimètres. C’Ă©tait la première action djihadiste fomentĂ©e en prison. 
Europe1