🇫🇷 Nîmes : pour protester contre leurs conditions de détention, des prisonniers attaquent l’Etat

Quatre dĂ©tenus de la maison d’arrĂŞt de NĂ®mes ont citĂ© l’Etat Ă  comparaĂ®tre devant le Tribunal correctionnel de la ville pour « mise en danger de la personne d’autrui. » Ils dĂ©noncent les conditions de dĂ©tention Ă  la maison d’arrĂŞt, l’une des plus surpeuplĂ©es de France.
C’est Didier Lauga, préfet du Gard et donc représentant de l’Etat, qui est cité à comparaître le 26 septembre 2017.
L’avocate des quatre dĂ©tenus, Me Khadija Aoudia, demande que l’Etat soit condamnĂ© pour la « violation manifestement dĂ©libĂ©rĂ©e d’une obligation particulière de sĂ©curitĂ© et de prudence imposĂ©e par la loi ». Elle reproche entre autres Ă  la prison d’avoir « exposĂ© les personnes dĂ©tenues et le personnel pĂ©nitentiaire Ă  un risque immĂ©diat de mort ou de blessures » en laissant « perdurer la surpopulation carcĂ©rale (…), l’incarcĂ©ration de personnes atteintes de pathologie mentale mises en cellule avec des personnes particulièrement vulnĂ©rables (…), l’incarcĂ©ration

de personnes atteintes de maladies transmissibles (VIH, hĂ©patite B, etc…), l’insalubrité ».
Par le passé, l’Etat a déjà été condamné par la Cour européenne des droits de l’homme pour les conditions de détention dans cette prison,  » incontestablement au bord de l’implosion », rappelle l’avocate.

Depuis 2012, il y a eu des actions de dĂ©nonciation (…) Ă  la maison d’arrĂŞt. De NĂ®mes, mais cinq ans après, rien n’a bougĂ©.
Avec cette plainte pĂ©nale contre l’Etat, l’avocate se dit consciente d’engager « un combat judiciaire extrĂŞmement difficile puisque l’Etat est par principe irresponsable pĂ©nalement ». « Donc je suis obligĂ©e de passer par une citation directe puis d’Ă©tablir une question prioritaire de constitutionnalitĂ© pour une Ă©galitĂ© de traitement devant la loi », explique-t-elle.

« Mes clients me disent  »je suis en dĂ©tention mais je n’ai pas signĂ© mon arrĂŞt de mort » », dĂ©clare Me Aoudia.
A la fin du quinquennat de François Hollande, le gouvernement avait annoncĂ© la crĂ©ation d’une trentaine de nouveaux Ă©tablissements pĂ©nitentiaires, dont une maison d’arrĂŞt Ă  Alès, dans le Gard, pour dĂ©sengorger celle de NĂ®mes. Celle-ci dĂ©tient le record français de surpopulation carcĂ©rale avec environ 400 dĂ©tenus, hommes et femmes, pour environ 190 places.

France 3

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.