L’affaire Ă©voquĂ©e ce mardi par la cour d’appel de Montpellier tĂ©moigne de l’utraviolence qui peut exister en dĂ©tention. Hachemi T., qui demande sa remise en libertĂ© (*), fait partie d’un groupe de trois individus mis en examen après qu’un dĂ©tenu a frĂ´lĂ© la mort Ă  la maison d’arrĂŞt de Villeneuve-lès-Maguelone (HĂ©rault).
La scène remonte Ă  fĂ©vrier 2016, lorsque la victime faisait l’objet “de racket pour des cigarettes et du cannabis de la part de la cellule voisine”, rapporte la conseillère de la chambre de l’instruction. Dans la foulĂ©e d’une première altercation, le prisonnier a Ă©tĂ© tabassĂ© dans la cour de promenade par trois co-dĂ©tenus, Ă  coups de poings mais aussi de pied dans la tĂŞte.
Tom Sawyer
“Les sĂ©quelles seront dĂ©finitives”, rappelle le magistrat, soit un handicap Ă  80 %. De quoi faire faire sortir de ses gonds l’avocat de la partie civile : “Un tĂ©moin parle d’une tĂŞte qui Ă©clate comme une pastèque, un autre indique qu’on aurait dit que son cerveau sortait et un troisième parle de sa tĂŞte comme d’un ballon Ă©crasĂ© par un camion… Il s’est fait Ă©clater le crâne au sens propre et figuré”.
Me Lemaire s’en prend au mis en examen, qui, en rĂ©cidive de violence, encourt 30 ans aux assises, et a refusĂ© de venir Ă  son audience mardi… “Son surnom c’est Tom Sawyer, mais il faut se mĂ©fier des apparences, c’est quelqu’un de mĂ©chant qui ose dire qu’il a portĂ© des coups pour le sĂ©parer de la bagarre”.
Midi libre

Abonnez-vous Ă  ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner Ă  ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.