Alors que la ministre de la Justice a ouvert la porte Ă  l’autorisation des tĂ©lĂ©phones portables en prison, plusieurs voix s’Ă©lèvent contre cette proposition. C’est notamment le cas de l’ancien maire Divers Gauche de Fleury-MĂ©rogis David Derrouet, qui assure que « lors des diffĂ©rentes attaques terroristes, des pics d’appels ont eu lieu dans diffĂ©rents Ă©tablissements pĂ©nitentiaires en France, en lien avec des djihadistes qui sont au sein des Ă©tablissements ». « On renoncerait Ă  installer des brouilleurs d’ondes modernes », s’est-il Ă©galement plaint.
Bfm