🇫🇷 Un tĂ©lĂ©phone pour chaque dĂ©tenu : en France et Ă  l’Ă©tranger, quel est le bilan des expĂ©rimentations ?

« Cette idĂ©e n’a rien d’absurde. » C’est par ces mots que la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, a provoquĂ© un nouveau dĂ©bat, lundi 21 aoĂ»t. La garde des Sceaux, en visite au centre pĂ©nitentiaire de La Farlède (Var), rĂ©pondait Ă  une question de La Provence sur l’autorisation des tĂ©lĂ©phones portables en prison. La ministre a par la suite prĂ©cisĂ© ses propos. « Il faut donner aux dĂ©tenus des moyens de communication, a-t-elle dĂ©fendu. Par des portables contrĂ´lĂ©s ou des lignes fixes. »

 
La question des tĂ©lĂ©phones individuels pour les dĂ©tenus, qu’ils soient fixes ou mobiles, se pose de plus en plus en France comme Ă  l’Ă©tranger. Certains avancent l’idĂ©e en estimant qu’elle permettra de mieux lutter contre les tĂ©lĂ©phones introduits illĂ©galement en prison. Plus de 33 000 appareils ont Ă©tĂ© dĂ©couverts en dĂ©tention en France en 2016, et le chiffre ne cesse d’augmenter depuis trois ans, selon la direction de l’administration pĂ©nitentiaire. Des tĂ©lĂ©phones contrĂ´lĂ©s peuvent-ils aussi rompre l’isolement des dĂ©tenus, et faciliter le travail des surveillants pĂ©nitentiaires ? De la Meuse Ă  la Belgique, du Royaume-Uni au Danemark, les premiers exemples de tĂ©lĂ©phones personnels en dĂ©tention apportent un Ă©clairage.

 

Renouer avec la famille et la société

 

En France, une prison a dĂ©jĂ  franchi le pas. Il s’agit du centre de dĂ©tention de MontmĂ©dy (Meuse). Depuis l’Ă©tĂ© 2016, les 290 cellules individuelles du centre sont Ă©quipĂ©es d’un tĂ©lĂ©phone fixe. Chaque dĂ©tenu a donc son propre moyen de communication avec l’extĂ©rieur. A MontmĂ©dy, une personne incarcĂ©rĂ©e peut appeler en moyenne dix numĂ©ros de proches ou d’amis, scrupuleusement vĂ©rifiĂ©s par la direction. Les conversations sont payantes et contrĂ´lĂ©es, voire enregistrĂ©es si le dĂ©tenu prĂ©sente un comportement troublant.

 
Pourquoi avoir lancĂ© cette première en France ? « Nous voulions reconnecter la tĂ©lĂ©phonie avec les plages horaires des familles et amĂ©liorer la confidentialitĂ© des communications », rĂ©pond Ă  franceinfo la direction de l’administration pĂ©nitentiaire. Auparavant, les tĂ©lĂ©phones accessibles aux dĂ©tenus se trouvaient dans les coursives, et Ă©taient uniquement disponibles avant 18 heures. Les conversations avec les proches, souvent au travail Ă  ces heures-lĂ , Ă©taient rĂ©gulièrement compromises.

 
Un an plus tard, la direction de l’administration pĂ©nitentiaire assure que « des dĂ©tenus qui tĂ©lĂ©phonaient peu, voire pas du tout, le font maintenant rĂ©gulièrement ». DĂ©but 2016, avant l’expĂ©rience, le centre de dĂ©tention recensait en moyenne 836 appels de dĂ©tenus par mois. Ce chiffre a triplĂ© avec l’arrivĂ©e des tĂ©lĂ©phones dans les cellules. Des appels plus nombreux, qui ont pu aussi Ă©viter des tentatives de suicide parmi les dĂ©tenus. « Cela peut avoir un impact dĂ©cisif sur quelqu’un s’apprĂŞtant Ă  commettre un suicide », affirme Martine Herzog-Evans, professeure Ă  l’universitĂ© de Reims et spĂ©cialiste en exĂ©cution des peines. « Cette personne ne va pas se suicider si elle peut parler Ă  son conjoint ou Ă  son frère pendant une heure » dans sa cellule.

Ă€ Lire :  🚨 Nancy : Incident en cours Ă  l’intĂ©rieur de la prison, l'ERIS attendu sur place

Le travail des surveillants allégés




A 130 kilomètres de MontmĂ©dy, une expĂ©rience similaire a lieu dans la prison de Marche-en-Famenne (Belgique). Comme les nouveaux centres de dĂ©tention belges de Beveren et de Leuze-en-Hainaut, cette prison a installĂ© un tĂ©lĂ©phone pour chacun de ses quelque 300 dĂ©tenus, dès son ouverture en 2013. Dans chaque cellule, un ordinateur et un casque connectĂ©s au système PrisonCloud permettent aux prisonniers d’appeler leurs proches, prĂ©cise la BBC (lien en anglais). A Marche-en-Famenne, ni les temps de communication ni les numĂ©ros ne sont limitĂ©s.

 
« Cela demande beaucoup moins de travail au personnel », constate FrĂ©dĂ©ric Dethier, directeur de l’Ă©tablissement. Avant ces appels dans les cellules, « les cabines tĂ©lĂ©phoniques engendraient Ă©normĂ©ment de soucis. Il fallait un agent pour accompagner chaque dĂ©tenu pour un coup de fil. » Lorsque les appels Ă©taient plus frĂ©quents, vers 17 heures, « vous pouviez avoir 25 ‘mouvements’ d’agents et de dĂ©tenus dans une prison », raconte FrĂ©dĂ©ric Dethier. « C’Ă©tait l’une des causes de violences les plus habituelles. Nous n’avons plus ça. »

 
Ces exemples se multiplient aussi outre-Manche, notamment Ă  Bristol, comme le note la BBC (article en anglais). Pour Mark Fairhurst, prĂ©sident de la Prison Officer’s Association, qui reprĂ©sente les personnels pĂ©nitentiaires au Royaume-Uni, les tĂ©lĂ©phones en cellule « vont sĂ»rement calmer les tensions » entre dĂ©tenus et surveillants. « Quand vous enfermez une personne, cela crĂ©e des tensions. Une personne enfermĂ©e qui peut appeler ses proches est apaisĂ©e. »

Une solution contre les téléphones cachés ?




Ces nouvelles initiatives visent aussi Ă  permettre aux personnels « d’arrĂŞter de s’Ă©puiser Ă  chercher des tĂ©lĂ©phones illicites », poursuit Martine Herzog-Evans. « Les surveillants ne font que ça. » Et le problème ne s’arrĂŞte pas Ă  la France : dans les prisons dites « fermĂ©es » du Danemark, oĂą les tĂ©lĂ©phones individuels sont interdits, « on a augmentĂ© le contrĂ´le car il y a des problèmes, le nombre de tĂ©lĂ©phones illĂ©gaux augmente », confirme Georg Lett, avocat Ă  Copenhague. Les autres prisons danoises – les prisons « ouvertes », sans murs et sans barreaux, oĂą les dĂ©tenus travaillent et suivent des Ă©tudes – autorisent un tĂ©lĂ©phone basique par cellule.
L’arrivĂ©e de ces nouveaux tĂ©lĂ©phones sonne-t-elle la fin des portables cachĂ©s en prison ? A MontmĂ©dy, les saisies de tĂ©lĂ©phones mobiles illicites ont baissĂ© de 31% en un an, avec les dĂ©buts de l’expĂ©rimentation. « C’est un peu tĂ´t pour dire si cette baisse est conjoncturelle ou durable, tempère la direction de l’administration pĂ©nitentiaire. Il faudra voir sur le long terme. »
Martine Herzog-Evans, elle, ne « croit pas du tout » que les intrusions de tĂ©lĂ©phones illĂ©gaux vont s’arrĂŞter du jour au lendemain. Au mieux, elles diminueront si les coĂ»ts de communication des nouveaux tĂ©lĂ©phones sont faibles, explique la professeure. Mais « les dĂ©tenus n’auront toujours pas accès Ă  internet. En leur donnant des tĂ©lĂ©phones portables contrĂ´lĂ©s, on ne fait que repousser le problème. »

France info

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.