🇫🇷 Il ébouillante son codétenu pour un paquet de cigarettes

IncarcĂ©rĂ© depuis le 11 juillet, le trentenaire parle d’accident, de geste involontaire. MĂŞme si tout dit le contraire. Le 26 aoĂ»t, peu avant 8 h, les surveillants entendent du tapage dans la cellule qu’occupent Fehti et ses deux codĂ©tenus. Quelques minutes auparavant dĂ©jĂ , le bruit les avait fait se dĂ©placer. Ils avaient constatĂ© que Fehti avait dĂ©truit un meuble de rangement. LĂ , c’est plus grave. L’un des codĂ©tenus – avec lequel le prĂ©venu entretenait de bonnes relations – hurle de douleur, se tenant le visage Ă  deux mains. Il vient d’ĂŞtre Ă©bouillantĂ© par la projection de l’eau qui se trouvait dans la bouilloire, tout juste dĂ©branchĂ©e.

«  LĂ , Ă  trois, c’est que des problèmes  »
Fehti, dĂ©jĂ  condamnĂ© pour des faits de violence aggravĂ©e, explique avoir pris, la veille, des mĂ©dicaments pour dormir, puis s’ĂŞtre rĂ©veillĂ© et n’avoir pas pu mettre la main sur son paquet de cigarettes. Il accuse le dernier codĂ©tenu arrivĂ© dans la cellule courant aoĂ»t (d’origine maghrĂ©bine comme lui), mais s’attaque pourtant Ă  l’autre (d’origine africaine), son ami, en s’aidant du câble de la radio, puis de la radio elle-mĂŞme avant d’attraper la bouilloire, de l’ouvrir et de projeter son contenu en direction de son visage.
Deux examens mĂ©dicaux plus tard, la victime prĂ©sente des brĂ»lures au 2e degrĂ© principalement sur le visage, et se voit Ă©tablir une incapacitĂ© totale de travail de cinq jours. Fehti, lui, est passĂ© devant la commission disciplinaire et a Ă©copĂ© de trente jours de cellule disciplinaire, dont cinq jours avec sursis, sur une durĂ©e de six mois. Une sanction qui s’ajoute Ă  la rĂ©ponse pĂ©nale.
« J’ai pas fait exprès, rĂ©pète encore le prĂ©venu, insistant sur le rĂ´le des mĂ©dicaments pris la veille, je ne l’ai pas visĂ©. L’eau est partie partout. Je voulais la jeter sur le mur. Et puis, Ă  deux, on Ă©tait bien. LĂ , Ă  trois, c’est que des problèmes. » Des explications qui ne convainquent pas. Pour le procureur de la RĂ©publique, il n’est « pas tolĂ©rable qu’on s’en prenne Ă  son codĂ©tenu. Et rien dans ce dossier va dans le sens d’un accident. » Dix-huit mois ferme sont requis, avec mandat de dĂ©pĂ´t. Me Guerekobaya, pour la dĂ©fense, explique que son client n’Ă©tait, ce jour-lĂ , « pas dans son Ă©tat habituel », mais « sous le coup de la colère. » 
Au final, Fehti, qui était libérable en avril prochain, a été condamné à douze mois de prison ferme. Il devra en outre verser 5.000 € à son codétenu au titre des dommages et intérêts pour son préjudice moral.

A l’Ă©noncĂ© de la peine, le trentenaire de nationalitĂ© algĂ©rienne a fait un malaise. Un examen mĂ©dical d’urgence a Ă©tĂ© diligentĂ© dès son retour Ă  la maison d’arrĂŞt.
La nouvelle republique

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.