🇫🇷 Cherbourg: une prison envahie par les punaises de lit obligée de transférer ses détenus

A Cherbourg (Manche), la maison d’arrĂŞt a Ă©tĂ© fortement touchĂ©e par une invasion de punaises de lit. Pour lutter contre ces insectes, qui ont fait leur apparition en fĂ©vrier 2017, la direction a Ă©tĂ© obligĂ©e de transfĂ©rer une grande partie des dĂ©tenus.
La prison de Cherbourg (Manche) n’avait pas Ă©tĂ© aussi vide depuis longtemps. Cet Ă©tĂ©, les effectifs, gĂ©nĂ©ralement autour de 70 dĂ©tenus, sont descendus, au plus bas, Ă  27 personnes. La faute Ă  des punaises de lit, qui s’en sont prises aux occupants des cellules.
Des insectes sur les murs
Les premières morsures ont Ă©tĂ© constatĂ©es en fĂ©vrier 2017. Au mĂŞme moment, certains condamnĂ©s affirmaient voir des insectes descendre des murs la nuit. « Pas mal de dĂ©tenus se plaignaient d’ĂŞtre piquĂ©s pendant la nuit, raconte Arnaud Lelezec, surveillant pĂ©nitentiaire et dĂ©lĂ©guĂ© Ufap-Unsa. Nous avons montrĂ© au mĂ©decin qui a indiquĂ© que nous avions affaire Ă  des punaises de lit ».
Une rapide prolifération
La direction a alors fait appel Ă  une entreprise spĂ©cialisĂ©e, mais le mal Ă©tait dĂ©jĂ  fait. « Nous avons probablement minimisĂ© le problème. Nous avons commencĂ© Ă  prendre ça au sĂ©rieux quand ça a gagnĂ© la cellule voisine », indique le surveillant. En quelques jours, les parasites ont gagnĂ© du terrain. Ils ont prolifĂ©rĂ© au rythme des nombreux changements de cellules des dĂ©tenus, qui sont entre six et neuf par dortoir. Se glissant partout, ils se sont installĂ©s dans toute la maison d’arrĂŞt.
Des détenus transférés
Alors la direction a mis en place un protocole au dĂ©but de l’Ă©tĂ©. Celui-ci prĂ©voyait de vider l’Ă©tablissement, par moitiĂ©, afin de procĂ©der Ă  un traitement radical: une entreprise spĂ©cialisĂ©e a tout dĂ©montĂ© dans les cellules, a appliquĂ© un produit, avant de tout aspirer. Un procĂ©dĂ© rĂ©pĂ©tĂ© deux fois.
Les dĂ©tenus ont Ă©tĂ© transfĂ©rĂ©s, par vagues, vers les prisons voisines, celles de Caen (Calvados) et CondĂ©-sur-Sarthe. « Ça a Ă©tĂ© une logistique Ă©norme, reconnaĂ®t Arnaud Lelezec. Il a fallu jeter toutes les couvertures, les linges. Les familles avaient l’interdiction de ramener de nouveaux vĂŞtements. » Quant aux surveillants, ils craignaient de ramener des punaises Ă  leurs domiciles. 
Ce vendredi 1er septembre 2017, six dĂ©tenus qui Ă©taient provisoirement installĂ©s ailleurs ont fait leur retour. La maison d’arrĂŞt devrait retrouver son rythme habituel dans les prochains jours. « Ça a permis de faire le clair dans la prison, de remettre des matelas et des draps neufs », juge le surveillant, qui pointe la vĂ©tustĂ© des locaux.
La manche libre

Ă€ Lire :  🇫🇷 « Vive Merah », Ă©crit le dĂ©tenu dans sa cellule

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.