🇫🇷 Dans une ferme de Picardie, des détenus en fin de peine retrouvent la lumière

« C’est unique en France ce qui se passe ici! », clame Eric de VillerochĂ©, prĂ©sident de l’association de la ferme de Moyembrie dans l’Aisne, oĂą des dĂ©tenus s’adonnent aux travaux agricoles, un « sas » prĂ©parant au choc de leur rĂ©insertion. 

Sous un soleil de plomb en cette fin aoĂ»t, une vingtaine de personnes ramassent des pommes de terre: sur le champ, des dĂ©tenus d’humeur joyeuse cĂ´toient des encadrants et leurs jeunes enfants. Olivier, ancien agriculteur qui purge les derniers mois de sa peine de sept ans, raccompagne les bambins Ă  la ferme en tracteur, fier comme Artaban.
« La prison, c’est un endroit qui broie. Ces hommes ont payĂ© leur faute, maintenant la meilleure chose que la sociĂ©tĂ© puisse faire est de les aider Ă  se reconstruire pour qu’ils soient bien intĂ©grĂ©s et qu’ils aient une vie normale », explique M. De VillerochĂ©, dont l’association est rattachĂ©e Ă  EmmaĂĽs.
Les dĂ©tenus de Coucy viennent majoritairement d’Ă©tablissements des Hauts-de-France, après validation de leur demande par l’Administration pĂ©nitentiaire et le juge d’application des peines (JAP). 
Sur place, ils bĂ©nĂ©ficient d’un contrat d’insertion Ă  mi-temps de 21 heures de travail, payĂ© 680 euros, dont ils reversent 280 Ă  la structure qui les loge et les nourrit. Libre Ă  eux de choisir entre maraichage, Ă©levage, travaux de rĂ©fection des bâtiments ou en cuisine.
« On ne fait pas du maraichage pour s’occuper, mais parce qu’on a 120 paniers Ă  livrer par semaine, il faut que ça envoie! », fait remarquer Simon Yverneau, 34 ans, un des sept salariĂ©s de l’encadrement, alors que la moitiĂ© de la production, Ă©tiquetĂ©e « bio », est vendue Ă  Montreuil, près de Paris.
12h15, l’heure du dĂ©jeuner. Au bout de la grande tablĂ©e, un dĂ©tenu demande de faire silence. Ils s’agit d’accueillir dignement un nouveau venu, JoĂ«l. Celui-ci se lève: « je viens de la prison de Bapaume et je suis bien content d’ĂŞtre ici, ça va me changer! ». Difficile de connaĂ®tre les crimes commis par les dĂ©tenus: « pas d’Ă©vocation du passé » lit-on sur la grande affiche dictant les règles de vie.
« Regardez le cadre de vie, c’est magnifique! » s’enthousiasme Ali, 33 ans, condamnĂ© Ă  six ans de prison ferme, ouvrant les volets de sa chambre, avec vue sur les chèvres lui offrant le lait pour le fromage qu’il a appris Ă  confectionner.
« Ici, c’est mon espace intime, il n’y a pas de fouilles ou les bruits de la prison », remarque-t-il, lui qui dispose des clefs de sa chambre et peut recevoir femme et enfants le week-end.
Mais la libertĂ© n’est pas totale: en cas de dĂ©passement de la limites des 25 hectares de la propriĂ©tĂ©, « c’est considĂ©rĂ© comme une Ă©vasion », rappelle M. De VillerochĂ©.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Poitiers-Vivonne : Un surveillant remis en libertĂ© dans l’affaire du trafic en dĂ©tention

Environ 10% des dĂ©tenus passĂ©s par Moyembrie retournent aussi Ă  la case prison pendant leur sĂ©jour, certains ne parvenant pas Ă  s’habituer aux règles de la vie en collectivitĂ©.
Cet environnement apaisant n’empĂŞche pas non plus la crainte de l’après: « le plus marquant ici est le calme et la beautĂ© du lieu. La sortie et la fin du contrat me font peur, j’ai une boule d’angoisse tous les matins au rĂ©veil en y pensant », confie Michel, 51 ans, visage marquĂ© par la rue, profitant du silence quasi absolu après avoir travaillĂ© toute la matinĂ©e dans les serres. 
France 3

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.