🇫🇷 Expérimentation des rencontres détenus-victimes dans les prisons françaises.

Inscrit dans la loi Taubira de 2014, ce programme s’apprête à voir le jour dans plusieurs établissements pénitentiaires.

En 2009, François Goetz, alors directeur du service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) des Yvelines, part au Québec découvrir avec la fédération nationale d’aide aux victimes et de médiation (Inavem) les rencontres détenus-victimes (RDV), une mesure de justice restaurative jusqu’alors inconnue en France.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Vendin-le-Vieil: RĂ©doine FaĂŻd ne fait plus appel de sa condamnation pour l'Ă©vasion de la prison de Sequedin

Nous avons besoin de votre Aide ! Cliquez-ici pour soutenir Les Forces de L'ordre et le site ACTUPenit.com

Trois cessions ont eu lieu en 2010,2014 et 2016 à la maison centrale de Poissy. Seul dix détenus et dix victimes ont pu bénéficier de ce programme. Un nombre réduit qui s’explique notamment par la difficulté de trouver des victimes volontaires.

L’Ă©cole nationale de l’administration pĂ©nitentiaire (ENAP) est en cours de rĂ©alisation d’un plan de formation des animateurs de ses rencontres.

Le monde.fr

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.