Les surveillants de la maison d’arrĂŞt de Bordeaux-Gradignan ont bloquĂ© l’entrĂ©e du centre pĂ©nitentiaire, ce mardi matin, pendant près d’une heure et demi, Ă  la suite de l’agression d’un surveillant par un dĂ©tenu, la Semaine dernière.

Les manifestants dĂ©noncent, en plus de l’agression, une dĂ©gradation de leurs conditions de travail, un manque de personnels, une montĂ©e de l’insĂ©curitĂ© dans l’établissement et accusent leur administration de « laxisme ».

Comme l’indique Emmanuel Giraud, reprĂ©sentant rĂ©gional Force ouvrière, le dĂ©tenu qui a agressĂ© le surveillant Ă©tait connu pour ĂŞtre violent. Il avait Ă©tĂ© transfĂ©rĂ© il y a quelques mois ici, après avoir agressĂ© un surveillant Ă  Mont-de-Marsan. Cette personne souffre de troubles du comportement. Pour nous, sa place n’est pas en prison mais dans une structure adaptĂ©e comme l’UHSA (unitĂ© hospitalière spĂ©cialement amĂ©nagĂ©e), Ă  Cadillac. On se retrouve Ă  devoir gĂ©rer de plus en plus de personnes dans ce cas. Cela devient intenable. Nous demandons l’ouverture d’établissements spĂ©cialisĂ©s pour l’accueil de tels dĂ©tenus.
Sudouest