Le 25 fĂ©vrier 1977, Hamida Djandoubi est condamnĂ© Ă  la peine de mort pour la torture et le meurtre d’une jeune femme.Il se pourvoit en cassation, sans succès.

Près de six mois plus tard, le 10 septembre, il est rĂ©veillĂ© peu avant 04H00 du matin pour son exĂ©cution. Il met sans un mot sa prothèse de jambe avant d’ĂŞtre conduit sans rĂ©sistance jusqu’Ă  un prĂ©au de la prison marseillaise des Baumettes. « Il y a un silence particulièrement angoissant, et pourtant il y a près de 30 personnes autour du condamnĂ©. Tout cela dure près de 40 minutes. C’est Ă©videmment trop long et insupportable », raconte Ă  l’AFP au lendemain de l’exĂ©cution Me Jean Goudareau, un de ses avocats.

Après avoir bu un verre de rhum et fumĂ© deux cigarettes,Hamida Djandoubi se voit refuser une troisième cigarette par le bourreau, qui s’impatiente. On lie alors prestement ses mains avec une cordelette, on coupe le col de sa chemise, avant d’avancer la guillotine dans la cour. Quelques instants plus tard, il est mort.

Boursorama