SĂ©bastien Cazenove a rĂ©pondu Ă  l’invitation d’un   syndicat de surveillants. Il a visitĂ© le centre penitentiaire de Perpignan.

Nous avons bien des choses à leur montrer, expliquent les responsables du syndicat. Nous voulons leur expliquer pourquoi un nouvel établissement est plus que prioritaire à Perpignan. On sait que la région doit en être doté, il faut absolument que ce soit dans notre agglomération ».

Arguments avancés : la surpopulation est ici criante. 60 détenus dorment sur des matelas à même le sol dans la maison d’arrêt des hommes, et les cellules ne disposent pas de douches. « Ce qui oblige les surveillants à des allers venus constants entre les cellules et les douches, ce qui peut aussi poser des problèmes, » assurent les syndicalistes.

« Je vais faire remonter ces informations au gouvernement, expliquait l’élu. La construction d’une nouvelle prison semble en effet nécessaire, l’établissement actuel est largement dépassé surtout en ce qui concerne la maison d’arrêt qui accueille les prévenus. Mais l’urgence aujourd’hui est aussi d’améliorer le centre actuel ».

L’indĂ©pendant