🇫🇷 [VIDEO] Mont-de-Marsan: Détention « respecto » : des cellules ouvertes en prison

Depuis 2015, le « module de respect » permet aux prisonniers de vivre une dĂ©tention plus flexible, en Ă©change d’une stricte obĂ©issance aux règles.

Plus de portes pour le pĂ©nitencier. Ă€ quelques kilomètres du centre-ville, entourĂ©s de barbelĂ©s et Ă©quipĂ©s d’un mirador, s’Ă©lèvent les bâtiments de bĂ©ton de la prison de Mont-de-Marsan. Construit en 2008, le centre pĂ©nitentiaire fait cohabiter deux modèles de dĂ©tention, deux univers carcĂ©raux aux antipodes l’un de l’autre.

Depuis 2015, en plus de la dĂ©tention classique est testĂ© un mode de dĂ©tention alternatif. Des dĂ©tenus qui possèdent les clĂ©s de leur cellule circulent librement dans l’Ă©tablissement pĂ©nitentiaire, et cohabitent dans les couloirs avec les surveillants. C’est ce que l’on peut voir en passant la porte des bâtiments CD1 (centre de dĂ©tention 1) et MA2 (maison d’arrĂŞt 2), qui fonctionnent selon les règles du « module de respect ». Ce modèle, venu d’Espagne, « a pour objectif premier la rĂ©duction des violences en dĂ©tention », explique Christelle Drouet, directrice de l’Ă©tablissement. Ă€ peine la porte blindĂ©e franchie, la diffĂ©rence est frappante. Les sols des bâtiments « respecto » ne sont pas jonchĂ©s de dĂ©tritus, aux fenĂŞtres des cellules, pas de yoyos, ces installations destinĂ©es Ă  faire passer des objets de cellule en cellule, et, dans les bâtiments, des dĂ©tenus soucieux de leur environnement et de leur entourage.

Le module de respect est un contrat, signĂ© entre l’administration pĂ©nitentiaire et le dĂ©tenu. Le prisonnier est libre d’aller et venir tout au long de la journĂ©e, y compris dans les cours de promenade. En contrepartie, il s’engage Ă  effectuer 25 heures d’activitĂ© hebdomadaire (participation Ă  des ateliers, des modules d’insertion professionnelle, heures de travail, investissement dans la vie carcĂ©rale…), et Ă  adopter un comportement respectueux des règles (rĂ©veil à 7 heures, maintien d’une cellule propre, sociabilitĂ©). Un système de points prend en compte les incartades des uns et des autres et, quand la limite est atteinte, ils sont renvoyĂ©s au module classique.

Ă€ Mont-de-Marsan, 188 places « respecto » sont disponibles pour le centre de dĂ©tention (pour un total de 333 prisonniers), et 113 pour la maison d’arrĂŞt (pour un total de 260 prisonniers*). Pour intĂ©grer le module de respect, il suffit d’en faire la demande. Chacun est libre de postuler, quelle que soit la raison de son incarcĂ©ration ou la durĂ©e de la peine. Une commission technique dĂ©cide ensuite au cas par cas qui pourra ou non intĂ©grer le module. « Bien sĂ»r, si un dĂ©tenu fait du prosĂ©lytisme en dĂ©tention classique, on n’augmentera pas les risques en l’envoyant en module de respect. Idem s’il prĂ©sente des troubles psychiatriques tels que la violence et l’imprĂ©visibilité », prĂ©cise Christelle Drouet.

 

Le Point

2 Commentaires

  1. Jes suis contactee toutes les nuits ,par des detenues, qui possede des telephones portable ,qui me demande de l’argents ,sous forme de tickets coupons pcs ;ou mandats cdes ,suivit d’insultes,et menaces.je vus l’enfer je dors plus

  2. Jes suis contactee toutes les nuits ,par des detenues, qui possede des telephones portable ,qui me demande de l’argents ,sous forme de tickets coupons pcs ;ou mandats cdes ,suivit d’insultes,et menaces.je vus l’enfer je dors plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.