Vendredi, en fin de journĂ©e, un convoi quitte l’arrière du palais de justice. Comme tous les soirs, des dĂ©tenus sont ramenĂ©s Ă  la maison d’arrĂŞt de Sequedin. 

Les surveillants remarquent une voiture qui les a pris en filature. Il dĂ©cide d’allumer leurs sirènes,leurs girophares et de passer au feu rouge. Toujours suivis par le vĂ©hicule jusqu’Ă  la porte d’Arras, les fonctionnaires ont eu le temps de prendre la plaque d’immatriculation.

Il s’agit d’un lillois dont le frère Ă©tait jugĂ© au tribunal, virĂ© de la salle avant la fin de l’audience, il n’a pas vu suffisamment son frère. Il a alors dĂ©cidĂ© d’improviser un parloir un peu particulier.

Les policiers iront le chercher chez lui à Wazemmes. Il a été placé en détention et sera bientôt jugé.

La voix du nord