C’est le triste bilan depuis le dĂ©but de l’annĂ©e des interceptions par les surveillants Ă  la prison de Nancy-MaxĂ©ville selon Force ouvrière pĂ©nitentiaire.

Ă€ cela vient s’ajouter toujours selon le syndicat de l’hĂ©roĂŻne et de la cocaĂŻne.

A cet inventaire, les syndicalistes ajoutent le parachutage d’un couteau en céramique, de deux lames de scie et d’une bombe lacrymogène au poivre. Y-a-t-il eu aussi des armes à feu ? « Pas encore mais cela ne saurait tarder », s’inquiète une responsable locale de FO-Pénitentaire.

Est républicain